Coup de gueule : le publi-communiqué Dragon Quest IX

3

Mes ami(e)s, nous vivons une époque merveilleuses. Alors que je lisais religieusement une revue people (braquée à Pandette, vous vous en doutez) cet été pendant mes vacances bien méritées, je suis tombé sur une campagne pub de Nintendo pour la sortie du jeu Dragon Quest IX sur DS. Enfin, je dis publicité, c’est écrit « communiqué », comprendre : une double page maquettée comme un article du magazine en question histoire de se donner une patine « sujet de fond ». La loi oblige heureusement à ajouter le terme « communiqué » en haut à gauche histoire de ne pas se faire enfler… Pour résumer, le publi-communiqué (c’est en fait comme ça que l’on appelle ce genre de truc) essaye de vendre un RPG mythique aux petites filles et pour ce faire, oriente astucieusement les qualités intrinsèques du jeu vers une sorte de « Léa passion chevalier ».

Voyons en détail ce que ça donne. Tout d’abord, pour nous montrer que le jeu est multi-joueurs, ils nous balancent une photo de 3 personnes façon « United Color of Benetton », ou plutôt « banque d’images américaine » mais en moins bien. On a donc un blanc, un black et une asiat’ qui jouent avec 3 Nintendo DS différentes (histoire de refourguer aussi de la DSi XL). Bon, déjà ça c’est super clichay. Mais il y a piiiiire ! Rentrons maintenant dans le texte : « Unissez vos forces ! Quatre aventuriers peuvent se réunir et vibrer ensemble au rythme de la célèbre saga. Confortablement installés en terrasse (ou sur la plage !) » et là je dis STOOOOOP ! Bah oui, bien sûr, c’est connu que jouer sur la plage avec une portable sur la plage c’est super pratique. Si vous êtes crédules et que vous voulez néanmoins tenter l’expérience, planquez sous votre serviette et respirez du sable, ou jouez sur la plage de Dunkerque un jour de pluie, au moins vous verrez quelque chose.

Bref on continue avec « Je soigne mon style et mon look » attention, on arrive à la substantifique moelle de l’article. « Mage ou combattant ? Fille ou garçon ? Pour entrer dans la peau d’un Célestellien, (petit ange protecteur de l’humanité), on commence par se choisir une vocation… Toujours prête à user de ses charmes, Lea se décide pour un rôle de magicienne, Gabriel sera troubadour et Dimitri incarnera un beau guerrier ! Et pour être parfaitement raccord avec son personnage, on l’habille et on le customise de la tête aux pieds. Et quelle garde-robe : avec plus de 900 objets à disposition, le choix est rude ! Capes, chapeaux, gants, bijoux, armes magiques… chacun affûte son look ! ». Bon, est-ce que c’est vraiment la peine que je sorte le fusil ou la pub parle d’elle-même ? Si ? Je peux ? Ok… Mais merde quoi, on parle de Dragon Quest les mecs ! C’est quoi l’intérêt de vulgariser le jeu à ce point ? Vous vendez un « Dessinons la mode » en lieu et place d’un RPG pure souche. Vous avez réellement envie de mentir (car c’est finalement de ça qu’il s’agit) sur le sujet abordé par le jeu ? Quel genre d’étude marketing foireuse est à l’origine de cette pub ?


Mais les bougres ne s’arrêtent pas là. La dernière partie se veut rassurante sur la difficulté du titre. Dès fois que vous seriez déjà un peu trop con pour choisir votre jupe ou votre bonnet, on vous précise que : « Les novices sont bienvenues car dans Dragon Quest, inutile d’être un pro de la console. On donne une directive et notre personnage l’exécute aussitôt. Un maniement archi-simple qui rend l’aventure accessible à tous ». On y est, on sent bien que malgré toutes les précautions prisent depuis le départ pour rendre le jeu cool aux yeux des lecteurs de la presse people, ils veulent en rajouter une couche. « Choisis un chapeau, appuis sur un bouton et tu finiras le jeu très vite ». Bullshit. Aller, un dernier pour la route. Un encart essaye de dédramatiser le cliché du jeu vidéo abrutissant et dé-sociabilisant. Pour cela il présente 2 jeunes personnes qui se croisent dans la rue, chacun avec sa DS avec un titre accrocheur « les rencontres, c’est enrichissant ». Mesdames, soyez rassurée ! Offrez Dragon Quest à votre enfant, il ne sera pas un zombie asocial, au contraire il pourra même draguer dans le métro. Foi de Nintendo.

Aller, j’en rajoute une couche avec une des pubs française qui parle d’elle même :

Et pour finir, la preuve que tout ce que j’avance n’est pas inventé :

Fais-toi plaisir et clique pour aggrandir l'image

Là aussi...

Share.

About Author

Avatar

Ours-chat. J'ai inventé le jeu de paume un soir de doute. @gropanda

3 commentaires

  1. Avatar

    Les publi-reportages, déjà ça fait gerber en général, mais celui là est au dessus de tout….sacrifier et souiller une licence aussi prestigieuse sur l’autel du casual-gaming, c’est vraiment affligeant. Et dire que l’épisode 10 sera sur Wii, j’ai envie de me taper la tête contre un mur

  2. Avatar

    Bonjour,
    Ce genre de pub est décidément un sacrilège face un licence aussi prestigieuse et indémodable. Je me demande où est l’intérêt marketing d’autant plus que Dragon Quest 9 est vraiment super du fait que ce RPG est loin d’être linéaire.

Reply To Niaki Cancel Reply