Plainte contre des éditeurs : un distributeur parle !

5

Décidément, L’UFC Que Choisir semble avoir jeté un pavé dans la mare… Nous venons de recevoir un communiqué de la part de Philippe Cougé, président de l’enseigne Game Cash au sujet de la plainte contre des éditeurs. Nous vous le donnons en intégralité :

 » En tant que première enseigne spécialisée en jeu vidéo d’occasion (50 magasins franchisés en France), éditrice du premier site 100 % occasion gamecash.fr (plus de 2 millions de visiteurs par an) et du seul argus doté d’un algorithme mathématiques, GAME CASH se devait de réagir à la plainte qu’UFC QUE CHOISIR a décidé de lancer à l’encontre de quatre éditeurs.

Nous accueillons très favorablement cette initiative, même si nous la trouvons bien tardive et pas assez exhaustive. Depuis deux ans notre enseigne dénonce les pratiques de certains éditeurs, sans aucun résultat. Derrière le fallacieux prétexte de lutter contre le piratage (nous estimons que notre activité d’occasion participe aussi pleinement à cette lutte) se cachent deux objectifs bien moins avouables :

  • obtenir de façon contrainte des bases de données clients que l’on espère captifs et squeezer à terme les distributeurs (c’est aussi la seule motivation d’une dématérialisation menée à marche forcée et dont la majorité des joueurs ne veut pas …) ;
  • augmenter honteusement et de façon détournée des profits déjà confortables et faire plusieurs fois la culbute sur une même galette CD ou Blu Ray (cas unique dans la distribution de produits physiques !).

Au jeu des exemples auquel a décider de jouer le SELL (qui au passage fait comme si nous étions quantité négligeable … et reste très flou dans sa prise de position), nous savons aussi jouer : Pensez-vous réellement qu’un constructeur automobile pourrait prétendre toucher des droits à chacune des reventes en occasion de son véhicule neuf ? (Bien entendu il n’y a pas d’investissements lourds ni de R et D dans l’automobile !) Imaginez-vous un éditeur du Livre toucher des droits sur un ouvrage quand celui-ci passe de mains en mains pendant des années? Bien entendu non ! Et les ayants droits que sont les designers ou les auteurs ? Ils n’y prétendent pas non plus ! Certains éditeurs du jeu vidéo (et nous ne stigmatisons pas l’ensemble de la profession, la plupart ayant pris leurs distances vis à vis de ces pratiques) pensent qu’ils peuvent réinventer les règles fondamentales du commerce !

Bien entendu nous allons être accusés de ne prêcher que pour notre paroisse, nous qui sommes déjà affublés à tort de tous les maux (recel, baisse des ventes en neuf, etc. … ) nous qui sommes considérés comme des revendeurs de seconde zone. Car c’est encore une particularité du secteur du jeu vidéo, que nous devons aussi à la vision bornée de certains éditeurs : les acteurs de l’occasion dans l’automobile, le livre ou le prêt à porter sont des marchands honorables et utiles en ces temps de crise. Dans le jeu vidéo, ils sont suspects, voir infréquentables. Nous précisons que nous sommes à la fois des pourvoyeurs de pouvoir d’achat dans une conjoncture économique difficile, et que l’argent que nous (dans ce nous il faut lire l’ensemble des acteurs de l’occasion) octroyons à nos clients fidèles est quasi intégralement réinvesti dans l’achat de jeux neufs !

Concernant GAME CASH nous réaffirmons avoir été les inventeurs du Livre de police numérique en 2003, de l’autorisation parentale obligatoire, de la traçabilité informatique parfaite de nos produits d’occasion, tant sur le plan fiscal que pénal; et de la première plateforme web 100 % jeu d’occasion reliant particuliers et professionnels sans petites annonces …

Par ailleurs, très proches des clients (y compris sur les réseaux sociaux) nous avions pressenti une montée de la colère des joueurs à l’égard de l’abus des codes uniques d’activation et des pass online qui spolient les acheteurs de tous les droits fondamentaux lors d’un achat d’un produit à code : le droit à l’erreur d’achat, à l’échange, au prêt, au don, à la revente entre particuliers ou auprès de professionnels… Codes qui obligent toujours le consommateur à se connecter à internet (captation forcée de données personnelles – que dit la Cnil ?) même pour jouer offline dans certains cas. Nous ne comptons plus les plaintes récoltées dans nos magasins spécialisés à ce sujet (bien plus que les 500 clients qui se sont spontanément tournés vers UFC QUE CHOISIR ).

Nous sommes sans voix devant des éditeurs qui osent se comparer à Apple, quand nous (et la majorité des clients) avons encore en tête un loisir social, convivial qui rassemble autour d’une même passion, gamers et joueurs occasionnels (masculins et féminins). Par ailleurs comparons ce qui est comparable : les Apps d’Apple plafonnent à quelques euros, sont vendus en version uniquement dématérialisée, là où un jeu vidéo neuf démarre à 60, voire 70 euros et se distribue à plus de 90 % en version physique. De qui se moque-t-on ? Notre constat est amère et sans appel : quelques éditeurs ont perdu de vue l’acteur central de tout marché : le client. Qu’ils continuent et la branche vidéo-ludique sera consciencieusement sciée. En tout cas nous ne souhaitons pas être complices de ce suicide collectif, et réaffirmons ici solennellement que nous nous désolidarisons des éditeurs pratiquant le code d’activation unique payant. Nous irions jusqu’à accompagner des actions de boycott de grandes envergure, si tel était le choix de nos clients. Nous l’affirmons ici, ce risque est aujourd’hui très grand : néanmoins nous craignons une fois de plus de crier contre le vent.

Nous en terminerons en affirmant que :

  • nous sommes à la disposition d’UFC QUE CHOISIR et de la DGCCRF pour apporter notre concours à l’action en cours ;
  • nous appelons tous les clients souhaitant témoigner à se faire connaître dans nos magasins ou sur notre site internet ;
  • nous appelons l’ensemble des revendeurs indépendants de France et d’Europe à s’associer à ce combat qui est le leur ;
  • Nous allons alerter les députés français et européens sur la situation actuelle afin de solliciter – si nécessaire – un encadrement législatif aux pratiques des éditeurs sur les pass.

Pour conclure nous estimons qu’il est malheureux que notre marché qui subit déjà bien des foudres injustifiées soit une fois de plus stigmatisé par la faute d’un petit nombre d’acteurs, plus soucieux de leur rentabilité immédiate que par la satisfaction de leurs clients. Nous estimons que NON, le jeu vidéo ne doit pas être l’unique exception commerciale qui permettrait à des fabricants de spolier les clients des droits d’usages fondamentaux qui relèvent du simple bon sens. Si l’intention des éditeurs incriminés est uniquement la lutte contre le piratage, qu’à cela ne tienne, la solution est simple : rendre les codes uniques et les pass online gratuits, et laisser le choix aux clients dont les données ont été ainsi collectées, de ne pas être conservées. Il reste que la contrainte qui oblige un consommateur à se connecter à internet pour jouir d’un produit qu’il a acquis légalement nous apparait tout simplement abusive. Ne parlons pas du défaut d’information aux consommateurs qui lui est flagrant, et que nous tentons de palier par des conseils en magasin (lire à ce sujet notre Post Scriptum).

Nous avons conscience que nous participons avec nos modestes moyens de revendeurs indépendants à une lutte de David contre Goliath … ou de la passion contre la finance, mais les David mécontents sont nombreux et ils ont cette fois pour fronde, la force démultiplicatrice d’un web 2.0 et des réseaux sociaux. « 

Philippe Cougé
Président de GAME CASH

Patrick Gomez
Directeur général

PS : GAME CASH n’attend pas l’issue de l’action d’UFC QUE CHOISIR pour mettre en place en décembre une signalétique claire et sans ambigüité pour signaler en magasin la présence des Pass online ou des codes d’activation, sur les produits neufs comme sur le jeux d’occasion. « 

Après avoir lu le ressenti du SELL qui semblait ne pas s’investir plus que cela du côté des joueurs, l’enseigne Game Cash défend sa position avec fermeté. Cela nous fait du bien de lire l’avis d’un des acteurs de seconde ligne car n’oublions pas ceci : les principaux interessés sont les Gamers ! Alors si nous nous mettions à lire la quantité astronomique de mécontentement sur la toile… Il faudrait autant de temps qu’une lecture intégrale du code génétique de Dinosaure (Jurassic Park).

Share.

About Author

Avatar

apt-get -f install Twitter : @GMS_Kaik

5 commentaires

  1. Avatar

    La réaction se fait malheureusement trop tardivement. Ca fait énormément de temps qu’on le voyait venir cet abus. On a tous plus ou moins crié au loup, en vain. Maintenant que les gamers sont au pied du mur (et d’une part de leur faute, si les éditeurs avaient arrêté de faire autant de chiffre d’affaire grâce à nous, un regard différent sur ce sujet ce serait mis en place), d’un coup un pavé est lancé dans la mare. L’onde qu’elle génère en ce moment pourra-t-elle ébranler, voir faire chuter le mur ?
    A quand la même réaction au regard des DLC (importants, type chapitres d’un jeu..), car les jeux seront de plus en plus morcelés, et donc de plus en plus cher.
    Quand on sait que dès le début de la création d’un budget pour un jeu, une case « DLC » est prévue, et que celui-ci est développé + présent sur la galette… foutage de gueule power !

  2. Avatar

    @dri

    Mieux vaut tard que jamais surtout que, comme tu le soulignes, il ne fallait rien attendre du consommateur de base, qui est pour moi le premier responsable, pour l’avoir cautionné avec son porte monnaie, de cette politique scandaleuse qui gangrène le jeu vidéo et qui méprise le client.

    La plainte de l’UFC vise aussi ce genre de pratiques:

    « Les éditeurs vendent chèrement ce qui s’apparente à de simples démos qu’il faut compléter avec des contenus payants. « 

  3. Avatar

    Encore une fois on parle bien de DLC de saligos, exemple Bioshock 2 comme l’avait dit Kaik il y’a quelques temps.

    La venue de DLC sympas qui ajoute une nouvelle expérience de jeu (je pense à Valve..) est, en tout cas pour moi, très bien acceuillie, mais là nous entrons sur le débat Payant sur console et gratuit sur PC, mais ça c’est une autre histoire…

    Assez étonnant et amusant d’assister à cette flambée de la Grange des Rois du Pétrole des JV avec un paquet de Pop-corn.

  4. Avatar

    Une lettre poignante et pleine de bon sens mais ne nous voilons pas la face : Patrick Gomez se défend contre la disparition de la galette et de son commerce. S’il n’y avait pas cet intérêt pour lui il n’adopterait pas cette position.

    On a des interets commun. Aujourd’hui, rangeons nous de son coté maisqui sait … Demain ce sera peut être lui qui créera la nouvelle polémique qui prendra les joueurs pour des vaches à lait …

    Défendons nos droits mais restons incrédules…

  5. Avatar

    Encore heureux qu’il défend la galette !
    Si le jeu-vidéo en vient au complètement dématérialisé, ce sera sans moi !

    « Salut j’ai une ludothèque sympa, j’aimerai bien te la montrer, te prêter des jeux (déjà difficile avec certains jeux now, ndd [note de dri]), mais il faut que tu ais ma console, mon id, et mon password. Et puis bien sûr aussi la même IP sinon c’est considéré comme du partage de compte et j’vais avoir mon compte fermé bouhouhou. »

    Je force le trait mais on risque d’y arriver…
    Le jeu-vidéo, en plus d’être un divertissement est aussi une possession matérielle, les consoles, les éditions collectors, les editions ultimates etc etc.
    Sinon parmi tout ce bruit autour de la plainte UFC, CanardPC y a mis son grain, mais avec une valeur ajoutée sur nos droits, et quel est le débat (non pas les actes frauduleux des éditeurs, mais qu’est ce qui se cache derrière, en atteinte ou non à nos droits): http://www.canardpc.com/news-52693-ufc_que_choisir__contre_les_larrons_et_pour_l_occasion.html

Leave A Reply