[Un coup d’oeil dans le retro] Indiana Jones and the Last Crusade

9

INDY_00

Disponible en France dès 1989 et édité par LucasFilm Games (LucasArts), ce Point and Click fut, et est toujours 20 ans plus tard, l’un de mes jeux retro préférés… Aimant déjà comme un dingue les films mettant en scène le célèbre archéologue au fouet et au chapeau si reconnaissable, LucasFilm Games n’avait eu aucun mal à me faire aimer son soft…
En parallèle de ce jeu d’aventure, Indiana Jones et la dernière Croisade, The Action Game fut également vendu au même moment… Mais nous nous focaliserons aujourd’hui sur le jeu d’aventure reprenant toute la trame scénaristique du film éponyme. La fameuse touche humoristique des développeurs en plus, si chère à LucasFilm Games à cette époque… Ron Gilbert aux commandes oblige…

Le jeu débute sur un écran titre avec en fond sonore le célèbre thème musical de John Williams. Indiana Jones jeune, sautant de wagons en wagons reprenant la scène d’ouverture du film, ici suggérée par cette course folle teintée d’humour… Nous sommes dès le début embarqué dans l’univers d’Indiana Jones… En y repensant, j’en ai des frissons nostalgiques presque jouissifs…

 

INDY_01

Après ce petit générique l’aventure débute vraiment… Plan panoramique sur le Barnett College, New York, 1938…
Rencontre décalée et très drôle avec Marcus et direction le ring du College pour s’entrainer au combat à mains nues afin d’en apprendre les bases, très utiles pour plus tard…

Cette phase de combat à mains nues est ici optionnelle… En effet afin de lutter contre les reproches faits envers la linéarité des jeux d’aventure de l’époque, Indiana Jones and the Last Crusade : The Graphic Adventure (IJATLC) permettait au joueur de résoudre certaines énigmes de diverses manières. Par exemple si vous trouviez le mode d’emploi pour piloter un biplan, cela vous servait plus tard dans le jeu. Vous pouviez éviter certaines phases de combat en vous déguisant par exemple ou en rusant… Toutes ces actions étaient comptabilisées et additionnées, gonflant ainsi votre score de Q.I. (Quotient Indy). Ceci avait pour but de donner envie au joueur de rejouer les aventures d’Indy maintes et maintes fois en essayant de résoudre certaines énigmes ou certains passages du jeu de nombreuses façons différentes… Un jeu réfléchi, amusant et à la rejouabilité certaine…
Le principe du gameplay, comme tous les Point and Click LucasFilm Games de cette époque, et depuis The Secret of Monkey Island, était basé sur la combinaison de verbes, d’actions et d’objets. Par exemple « Utiliser » « Fouet » avec « corniche »… Un gameplay simplissime et ultra efficace… Cette version reprend également le célèbre moteur SCUMM amélioré depuis Monkey Island.

 

INDY_02

Revenons au jeu… Après s’être changé dans les vestiaires de la salle de boxe, nous retrouvons Indiana Jones, submergé par une foule d’étudiantes harcelant le pauvre archéologue. Comme dans le film, Indy se retrouve dans son bureau, fouille la pièce et finit par s’éclipser par une fenêtre pour se retrouver embarqué de force chez le richissime Walter Donovan… Ici, notre cher archéologue apprend que son père, en charge de l’expédition ayant pour but de retrouver le Saint Graal à disparu à Venise. Avant de se rendre dans cette ville italienne, vous effectuiez un petit détour par le domicile d’Henry Jones afin de découvrir suffisamment d’indices pour pouvoir continuer l’aventure et retrouver « votre » père…

 

INDY_03

Tous les grandes scènes et lieux du film seront bien présents dans ce jeu. Notamment Venise avec la rencontre du professeur Elsa Schneider. Les répliques du film sont reprises à l’identique avec quelques variantes, comme par exemple le départ de Marcus, qui, au lieu de suivre comme dans le film Indiana Jones et Elsa, prétextera dans le jeu « vouloir faire un tour de gondole bien relaxant ». Et c’est ça IJATLC, mêler répliques du film et humour décalé. Ceci afin de surprendre le joueur à chaque instant…  Il s’en suit la visite de la bibliothèque et la découverte des catacombes. Ces dernières offriront une phase de labyrinthe où Indiana Jones sera représenté vu du dessus avec juste une petite zone de lumière pour se repérer dans les sombres dédales. Dans un pur style brouillard de guerre… Les fameux rats sont représentés par de petits yeux rouges qui clignotent par intermittence… Un sympathique clin d’œil à la fameuse scène du film…

 

INDY_04

INDY_05

Découverte du tombeau du frère disparu et de son bouclier aux inscriptions primordiales pour la découverte du Saint Graal… La ville d’Alexandretta ! Exit la phase de poursuite en bateaux en plein Venise pour déboucher directement sur la suite de l’aventure… Marcus prend la direction d’Iskenderun, Elsa et Indy se dirigent de leur côté vers la frontière germano-autrichienne et le Château Brunwald afin de libérer Henry Jones.

1 2
Share.

About Author

Le jeu vidéo, c'est la vie... Mon Twitter: @GMS_Butcher Retrouvez-moi sur Instagram: attends_je_sauvegarde

9 commentaires

  1. Une ‘tite madeleine de Prout bien savoureuse 🙂
    Merci à toi pour ce bond dans le temps, grandiose époque des Point and Click Lucas Art.

    Il me semble d’ailleurs que ce fieffé gredin de Georges refuse que ses jeux soient considérés Abandonware. Donc durs à trouver sur les sites dédiés.

    Monkey Island pour la suite ? 😉

    • Peut être parce que tu avais joué à ce volet comme présenté ici en EGA (16 couleurs), une seconde version VGA (256 couleurs) sortie un an plus tard était bien plus jolie 😉

      Indy dans « The Fate of Atlantis », c’était en quelque sorte le Guybrush Threepwood qui cherche « l’ile aux Singes » 😀
      Mon dieu qu’il était beau ce volet ^^

      • TFoA était beaucoup plus tortueux au niveau des énigmes 🙂

        Je me souviens avoir passé énormément de temps avec les tablettes de pierres circulaires ^^

        Mais Last Crusade reste pour moi le meilleur des Indy.

  2. Pingback: Les Chevaliers de Baphomet : La Malédiction du Serpent [PS4]

Leave A Reply