[Un coup d’oeil dans le retro] Indiana Jones and the Last Crusade

9

 

INDY_06

Après s’être débarrassé du domestique d’un coup de poing bien placé, Indiana Jones entreprend de visiter le château. Nouvelle phase vue de dessus durant laquelle le joueur devra éviter les nombreux gardes afin de s’infiltrer le plus discrètement possible au cœur du château… L’exploration du château nous propose des scènes totalement inédites par rapport au film et nous offre quelques énigmes dans la plus pure tradition des Point and Click de LucasFilm Games. Prendre une chope de bière vide à un soldat saoul, la remplir de bière dans la cuisine, éteindre le feu dans l’âtre avec, récupérer le sanglier qui est entrain de cuire pour distraire bien plus tard un chien de garde… Cette exploration de Brunwald amènera également le joueur à se battre contre quelques soldats… D’où l’importance de s’entrainer sur le ring de boxe du Barnett College au début de l’aventure… Sinon, le joueur aura l’occasion de se déguiser afin d’avoir accès aux étages supérieurs sans se faire inquiéter…

Indy découvre enfin la pièce où son père est enfermé. Mais malheureusement l’alarme se déclenchant, les deux professeurs se voient arrêtés, ligotés et se font voler le journal du Graal par Elsa… Ici nous avons le parfait exemple des phases de jeux à plusieurs embranchements. En effet, vous aviez la possibilité de passez par l’extérieur du château, comme dans le film afin d’éviter de faire retentir l’alarme en ouvrant la porte de la cellule d’Henry Jones…

Tout comme dans le film, le père et le fils se trouvent attachés à leurs chaises. Le seul moyen de se libérer est de faire tomber l’énorme hache faisant partie de cette imposante et ancienne armure se trouvant prêt de la cheminée… Il fallait se placer au bon endroit , au pixel prêt avant de faire tomber la gigantesque hache. Si vous ratiez ce passage, les deux personnages mouraient… Rien de gore ici… Pas de morceaux de bras tranchés ou de têtes décapitées, mais un gros rectangle barré d’un gros CENSORED… Effet garanti…

Mais comme nous sommes des joueurs patients, rebelote… Cette fois la corde a été coupée au bon endroit libérant les deux captifs, qui se dirigent à présent vers Berlin afin d’y récupérer le journal du Graal qui se trouve aux mains des Nazis.

 

INDY_07

Ceci fait, il vous fallait quitter Berlin… En Zeppelin… Ou en biplan… Cette dernière solution nous était proposée et était possible à la condition d’avoir trouver le guide de pilotage dans la bibliothèque de Venise… Sinon, vous étiez obligé de monter à bord du Zeppelin. Dans celui-ci vous deviez neutraliser la radio dans un premier temps, puis comme dans le film, finissiez par vous diriger vers le second biplan, se trouvant accroché au ventre du Zeppelin. Nous avions alors droit à une nouvelle phase vue du dessus pour atteindre cet avion à travers les nombreux niveaux du dirigeable.

 

INDY_08

Au final, et quelque soit votre manière de vous évader de Berlin, votre avion terminait sa course folle, abattu, se crashant au sol après avoir défendu votre peau lors d’une mini phase de shoot…… Parvenu tant bien que mal à vous procurer un nouveau moyen de transport et à passer les différents et nombreux postes de garde, vous arriviez enfin à Iskenderun…

Nous y étions accueilli par une tête décapitée qui roulait devant nous, comme pour nous souhaiter la bienvenue. Henry Jones se fait shooter par Donovan… Indiana Jones n’a pas d’autre choix que de réussir à passer avec succès les trois épreuves mortelles qui le séparent du Saint Graal.
Et avant de continuer je dois préciser quelque chose d’important ici. Lors de la première épreuve vous deviez placer le curseur de votre souris à un endroit bien spécifique afin d ‘éviter de vous faire trancher en petits morceaux par les gigantesques lames. Pour cela la seule solution était de se référer à la notice du jeu qui, via un dessin, vous indiquait l’endroit exact où cliquer… J’en ai discuté avec un pote il n’y a pas longtemps et lui n’avait jamais pu finir le jeu à cause de ce passage… Comme quoi à l’époque ils savaient comment allier jeu et notices de manière intelligente et efficace… Cette époque est bien révolue…

Les épreuves passées, il nous restait l’épreuve du choix du bon Graal… Celle-ci accomplie, vous sauviez Henry Jones et un nouveau choix s’offrait à vous. Rendre le Saint Graal au chevalier ou partir avec, ce qui signifiait votre mort… Une fois le Graal rendu à son propriétaire, vous quittiez le temple (avec une dernière touche humoristique). Clap de fin… Soleil couchant et musique de John Williams pour clôturer cette aventure mémorable…

 

INDY_09

Pour conclure sur cet excellent jeu, je dois dire que j’en garde, comme pour beaucoup de jeux de cette époque, de très bons et émouvants souvenirs. D’avoir écrit ces quelques lignes m’a donné ce petit frisson nostalgique que nous aimons tant… 🙂

 

INDY_10

1 2
Share.

About Author

Avatar

Le jeu vidéo, c'est la vie... Mon Twitter: @GMS_Butcher Retrouvez-moi sur Instagram: attends_je_sauvegarde

9 commentaires

  1. Avatar

    Une ‘tite madeleine de Prout bien savoureuse 🙂
    Merci à toi pour ce bond dans le temps, grandiose époque des Point and Click Lucas Art.

    Il me semble d’ailleurs que ce fieffé gredin de Georges refuse que ses jeux soient considérés Abandonware. Donc durs à trouver sur les sites dédiés.

    Monkey Island pour la suite ? 😉

    • Avatar

      Peut être parce que tu avais joué à ce volet comme présenté ici en EGA (16 couleurs), une seconde version VGA (256 couleurs) sortie un an plus tard était bien plus jolie 😉

      Indy dans « The Fate of Atlantis », c’était en quelque sorte le Guybrush Threepwood qui cherche « l’ile aux Singes » 😀
      Mon dieu qu’il était beau ce volet ^^

      • Avatar

        TFoA était beaucoup plus tortueux au niveau des énigmes 🙂

        Je me souviens avoir passé énormément de temps avec les tablettes de pierres circulaires ^^

        Mais Last Crusade reste pour moi le meilleur des Indy.

  2. Pingback: Les Chevaliers de Baphomet : La Malédiction du Serpent [PS4]

Leave A Reply