[Un coup d’oeil dans le retro] Wings (Amiga)

9

•WINGS_00

L’évocation de ce simple titre provoque en moi une réelle bouffée de nostalgie… Qu’est-ce que j’ai pu aimer ce jeu… Sorti en 1990 sur Amiga, ce « simulateur » de vol nous plonge en plein cœur de la Première Guerre mondiale. Alternant entre les phases de dogfights et les phases de bombardements, ce soft absolument magnifique et maîtrisé de bout en bout, fut l’une des dernières réalisations du studio Cinemaware… Un chef d’œuvre incontournable qui eut à sa tête le talentueux John Cutter.

•LOGO•WINGS

Avant de commencer à parler en détail de ce soft qui me tient particulièrement à cœur, je tiens à préciser une chose. À l’époque de sa sortie, je jouais encore sur Amstrad CPC… Je me rappellerai à jamais du jour où je suis tombé dessus à la Fnac Wagram… Imaginez qu’en ces temps reculés avoir droit à une introduction animée était une chose très rare. En général il n’y avait pas d’intro pour la plupart des jeux mais juste un écran fixe, reprenant souvent le visuel de la jaquette, qui nous accueillait pour nous faire patienter lors de la phase de téléchargement du jeu… Cinemaware oblige, l’introduction animée de Wings n’avait rien à envier aux pré-génériques de films…
J’hallucinais totalement… « Comment était-ce possible de faire ça ? Jamais ils ne pourront faire mieux… » J’étais conquis, hypnotisé, ensorcelé par ce jeu… Quand je l’ai eu entre les mains quelques années plus tard j’étais bien évidemment aux anges !!! Je vous laisse profiter de cette intro, qui pourra faire sourire aujourd’hui, mais en 1990, c’était tout simplement démentiel !!!

 

 

Le jeu débute en vous plaçant dans la peau d’un jeu pilote qui débarque en France, en plein conflit mondial. Après avoir créé ce dernier et gagné vos « ailes » en réussissant votre première mission consistant à détruire un ballon dirigeable, vous étiez accueilli par le colonel Farrah, illustré par un simple visuel non animé, le tout bercé par une musique distillant des airs d’accordéon… Histoire de bien se mettre dans l’ambiance. Et ça marchait… On y croyait !

•WINGS_01

Notre mission, survivre dans un premier temps, puis gagner au fil des affrontements, recommandations et médailles… Ce jeu couvrait quasiment toute la durée du conflit (de 1916 à 1918) via, accrochez-vous bien, pas moins de 250 missions… Oui vous avez bien lu, 250 missions… Autant dire une durée de vie énorme !!! Chaque mission se voyait précéder par un écran représentant le carnet de notes du pilote que l’on incarnait. Sorte de journal de bord, qui nous racontait les événements en cours, comme l’évolution de la guerre, les pertes, les victoires alliées ou ennemies…

•WINGS_02

Les missions étaient précédées par un mini briefing (Patrol for enemy aircraft, Bomb the aerodrome…). Une fois lu, il ne vous restait plus qu’à valider « Fly » afin de lancer votre mission… Petite animation de notre biplan s’envolant depuis une piste faite de terre et parsemée de flaques d’eau, pour ensuite basculer en vue « 3D ». Celle-ci vous plaçait derrière votre pilote. Ce dernier, casque sur la tête, écharpe au vent, avait l’incroyable particularité de tourner la tête vers les avions ennemis, afin de nous indiquer où ces salopards se trouvaient.
Première Guerre mondiale oblige, point d’instruments de navigation ici. Et encore moins de missiles… Seules deux mitrailleuses, qui avaient tendance à s’enrayer, nous permettaient de descendre les avions ennemis. Ces derniers étaient rouges, vos coéquipiers pilotaient quant à eux des avions jaunes, tout ceci dans une simili 3D basique (fil de fer face pleine), mais qui une fois de plus, en 1990, défonçait tout !!! Je me rappelle qu’il n’était pas rare de se percuter en plein vol, ce qui donnait évidemment lieu à vos funérailles… L’hélice de votre moteur tournait de manière très réaliste et les ailes de votre biplan se trouaient sous les impacts des balles ennemies. De plus, il me semble que votre moteur calait si vous abusiez sur votre altitude de vol… Ou bien s’arrêtait-il sous les balles de vos adversaires… Peut-être les deux en fait…  Les décors en fil de fer lors de ces phases vue du cockpit était toujours les mêmes. Une étendue verdoyante, une zone jaune représentant des champs j’imagine, quelques points verts pour les arbres et c’était tout…
Une fois la mission réussie avec succès, vous montiez en grade débloquant d’autres missions toujours plus dures et plus passionnantes…

•WINGS_03

1 2
Share.

About Author

Le jeu vidéo, c'est la vie... Mon Twitter: @GMS_Butcher Retrouvez-moi sur Instagram: attends_je_sauvegarde

9 commentaires

  1. Ah ce que j’ai usé les disquettes de ce jeu!
    Les temps de chargement interminable, la mort extrêmement punitive…
    … Mais une ambiance géniale, une réalisation bluffante, la plus belle réussite de Cinemaware qui parfois sacrifiait le gameplay pour le look.
    Un remake moins rigide au niveau maniabilité aurait pu donner un truc vraiment sympa, mais l’alternance des 3 gameplays n’est peut être plus très « moderne »

    Continue tes articles rétro! (j’en fait parfois sur lebidule.org ou sur gribouillons.fr , mais tu fais ça tellement mieux 🙂 )

  2. Tout pareil, ce jeu était merveilleux, et je l’ai défoncé, en long en large et en travers.
    Deux anecdotes, encore aujourd’hui, j’ai le theme principal en tête, inoubliable. La seconde chose, c’est que ce jeu m’a permis de briller au collège en cours d’histoire, lorsque la prof parlait du Baron Rouge. Grace à Wings, j’ai pu parler de Manfred Von Richtofen et paraître intelligent aux yeux de mes camarades de classe. Bon, c’était la seule fois ^^

  3. ah l’amiga! L’une des époque qui m’a le plus marqué! Et wings en faisait parti. Une ambiance extraordinaire, et la narration style journal intime fait qu’on était complètement plongé dans le truc.

  4. Pingback: [IMPRESSIONS + VIDEO TEST] Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre.

  5. Ne pleure plus, il est sorti depuis le 17 octobre. Je l’ai acheté sur steam :

    Un pur régal, les même sensations… M’enfin, oui, tu risques finalement de verser une petite larme 😉

    • Ah ça c’est une bonne nouvelle 🙂

      Je vais devoir me créer un compte Steam Mac au taf histoire de pouvoir y jouer à l’heure du dej alors 🙂

      Merci pour cette bonne nouvelle, je prépare les paquets de mouchoirs 😉

  6. Pingback: Battlefield 1, attendu depuis tant d'années...

Leave A Reply