[Test] Tomb Raider : A survivor is born

10

Tomb Raider

Temps de lecture moyen : 13 minutes 

Reboot

Lara croft est depuis 17 ans un amblème du jeu d’aventure en 3D. A l’époque Tomb Raider a su briller avec son étiquette « Indiana Jones » au féminin mais au bout de quelque temps, Lara s’est épuisée. Le soleil s’est couché sur le temple Tomb Raider et un rideau old school est tombé sur la saga. Des épisodes sortent mais l’extase s’éloigne petit à petit. E3 2012 à Los Angeles : l’éditeur Square-Enix annonce un reboot de Tomb Raider. Avant même de voir une seule image, tout gamer old-school comprend le poids d’une telle annonce. Le rachat de Eidos en 2009 par Square-Enix pèse lourd et laisse de nombreuses licenses dans l’air du temps (Hitman, Legacy of Kain…) En tout état de cause, nous ne sommes pas en train de vivre un énième Tomb Raider, nous disposons d’un nouveau Tomb Raider.

 A l’époque

Replaçons Tomb Raider dans son contexte « historique ». 1996, deux ans après le lancement de la playstation, Tomb Raider bouleverse le monde du jeu vidéo qui est en quête de rendre les environnements 3D efficaces. Une femme prend les commandes et impose une aventure inoubliable sur un cd de 700Mo. Mélangeant habilement le style plateforme 3D avec des énigmes, des combats mais aussi des découvertes, Tomb Raider s’apprête à écouler 4,63 Millions d’exemplaires. Les développeurs de l’époque était le studio Core Design. Ils avaient déjà marqué les esprits avec des hits comme Rick Dangerous ou Chuck Rock. Ils ont réalisé de multiples suites à Tomb Raider :

Tomb Raider II

Tomb Raider III : Les aventures de Lara Croft

Tomb Raider IV : La révélation Finale (arrivé sur Dreamcast)

Tomb Raider V : Sur les traces de Lara Croft

Tomb Raider VI : L’ange des ténèbres

A peine quelques jours après la sortie du Tomb Raider VI, l’éditeur Eidos décide de céder officiellement la licence à un autre studio de développement : Crystal Dynamics. Tout le monde comprend ce choix car Tomb Raider est malheureusement resté dans le passé. En utilisant les même recettes à succès, Core Design s’est tiré une flèche dans le pied et déçoit les Gamers depuis quelques opus. La relève arrive mais Crystal Dynamics se voit chargé d’une des plus grande license du jeu vidéo. Aujourd’hui, nous pouvons voir à quel point il est difficile de faire mieux que le mieux ! Il faut notifier que Crystal Dynamics a réalisé de sacrés bon jeux 3D comme Pandemonium, Gex ou Soul Reaver ! A l’époque, Lara croft ne pouvait pas rêver mieux.

Mais le poids de la license pèse certainement trop et Crystal Dynamics ne parvient pas à bouleverser la somptueuse Lara. Nous avons droit à un Tomb Raider Legends (PS3-Xbox360) qui impose des QTE discutables, un Tomb Raider Anniversary (Remake du 1er Tomb Raider) et un  Tomb Raider Underworld qui mérite… Ce qui mérite en fait ! Crystal Dynamics a donc réalisé une trilogie qui ne restera pas dans l’histoire du jeu vidéo.

Nous sommes en 2013 et Crystal Dynamics propose un reboot de Tomb Raider. Devons nous être inquiet de voir un trailer ou Lara crie constamment comme une femme plus fragile ? Comment Crystal Dynamics nous propose de découvrir comment Lara est devenue « Lara Croft » ?

tomb-raider-xbox-360-1291663954-005Terres obscures

Nous sommes en pleine mer à bord de l’Endurance. Lara est avec une équipe d’expédition et leur objectif est de retrouver la trace d’une civilisation disparue : les Yamatai. En un éclair, Lara se retrouve à vivre le scénario de Lost. L’Endurance ne survie pas à une tempête et s’échoue sur une île aux large du Japon. Voilà l’équipe d’exploration dans de beaux draps car l’île « deserte » n’est pas si accueillante qu’elle pourrait le paraître…

Le scénario impose rapidement des sensations similaires à Farcry 3. C’est a se demander si il n’existerait pas d’autres scénarios sur les îles desertes… On se retrouve avec des amis en galère et une enquête qu’il faut mener à bien, car l’île n’est pas inhabitée. Entre un mythe local et des explorations forcenés, Tomb Raider est prête à en mettre plein la vue.

Mettons les gants

Il n’est pas très alléchants de lire ce scénario mais le vivre en est tout autre. Oublions les actions stupides pour nous faire croire que l’on contrôle une entité numérique. On contrôle Lara avec un aisance sans précédent. Lara se baisse toute seule lorsqu’elle veut se hisser dans un cavité basse et elle sait aussi courir sans que vous appuyé sur un stick. Oui, en 2013, nous sommes toujours pressés et Lara aussi. Lorsque nous sommes dans des phases plate-forme, ce Tomb Raider nous propose des codes visuels comme des peintures blanches pour les surfaces exploitables. On grimpe, on se faufile, on saute, on glisse, on a même la tête à l’envers car des pièges enemies nous ont attrapé ! Il s’en suit une phase de shoot délicate ou nos sens sont chamboulés. Lara traversera l’île à pied du Nord au sud et le level design ne cesse d’évoluer avec elle.

On commencera à gambader dans des petits chemins pour terminer sur des hauteurs vertigineuses. La beauté des décors explosent nos rétines et cette île hostile devient petit à petit la notre. Aucun problème de caméra n’est à déclarer et encore moins dans les temps de chargement. Il y en a d’ailleurs..? C’est une sorte d’aboutissement de l’exploitation des jeux 3D mais avec une facilité très appréciable. Cela se joue instinctivement, cela se joue point barre ! Nous pourrions avoir peur de tomber dans le facility gaming assisté mais en fait… Non. L’évolution est tellement incroyable que l’on oublie que tout glisse sur des rails.

Au fond du couloir à droite…

Ici, nous avons une belle ligne droite qui nous embarque ailleurs toutes les deux minutes. A travers ces mots que vous lisez, il parait évident que l’on « Tomb » dans une tendance casual Gaming mais pas vraiment ! Là ou l’on croit que la terre est saine, il se cache des secrets bien plus ténébreux. Tomb Raider offre une panoplie de collectibles : Mémos bibliques, objets Archeologiques, artwoks et même des temples secrets à explorer. Alors là, il faut fouiller la carte pour trouver l’entrée. Généralement, ces temples se résument à une  énigme et donne accès à un vestige du passé. De plus grands Temples auraient été le bienvenu car il faut avouer : on les torche en 5 minutes.

Toutes les reliques trouvées en chemin peuvent être examinées à la sauce Skyrim. On fait tourner la pièce dans tout les sens, on zoom et une information complémentaire se dévoile comme un « Made In China » sur un objet « fake »… C’est divertissant mais il est vraiment dommage que même en jouant en Hard, la manette vibre au plus on se rapproche de l’élément bonus à déceler. La recherche d’objet ne constitue donc pas une priorité mais on aime accomplir les choses. Rapidement on se rend compte que les munitions sont en abondances et la survie disparait derrière ces facilités. On peut chasser des animaux pour les dépecer mais encore une fois, cela donnera de l’XP mais pas d’énergie (ou autres bienfaits comme les cheveux soyeux). Il faut noter que vous pouvez foncer sur le mode Hard de Tomb Raider. Ce choix modifiable en cours de jeu n’affectera QUE la difficultés des combats ! A part quelques Die & Retry vers la toute fin du jeu on se demande presque l’intérêt du mode Normal.

Tomb-Raider-tomb-raider-reboot-31822346-2560-1440

Round 1-2-3

Pour se battre, Lara dispose d’un pistolet, d’un fusil à pompe, d’un pistolet mitrailleur de quelques grenades et d’un arc. Ce dernier devient rapidement l’arme maîtresse en terme de gaming. Il y a un côté trop facile avec les armes modernes et l’arc nous permet de se la jouer infiltration. C’est peut-être avec l’expérience d’Hitman que ce Tomb Raider embellie notre joie du Paddle. On peut passer en mode « instinct » et tout passe en noir et blanc sauf les enemis/objectifs/animaux et objets cachés qui se verront ornés de contours jaunes. Heureusement que cette vision s’arrête au niveau des murs car sinon tout aurait été fâcheusement facile… Encore une fois, le mode Hard aurait pu nous retirer cet énorme avantage donc c’est à vous de vous limiter si vous cherchez une réelle exploration du jeu. Le phases de combats seront donc soit ennuyantes, soit passionnantes selon son type de gameplay que l’on choisit. On tire un flèche sur un mur pour distraire les ennemis et comme ils ne se regardent plus, on peut infliger un double Headshot. Si l’on s’est fait repéré, Tomb Raider propose un mode « Shoot of Wars » ou un mode « Beat Them All ». Les facultés « Beat them all » sont à débloquer avec les point d’XP et l’on pourra contrer attaquer les ennemis en leur plantant une flèche dans le genou par exemple. Au final on dispose de trois possibilités : Infiltration,Shoot ou Beat them all. On peut faire les trois en même temps si on aime la pluralité, c’est du bonheur.

Les point D’XP engendrés permettent donc de booster les armes de Lara. Des points de skills disséminés dans le jeu permettent de développer les méthodes de combat mais aussi de faire évoluer ses facultés à la survie ou à la chasse (detection des animaux/trésors etc…). Pour choisir ces évolutions, il faudra se diriger vers les petits feu de camps qui font office de point de repos. Il se peut même que Lara se parle à elle même et on y découvre toutes ses inquiétudes actuelles.

Oui mais alors, Tomb Raider offre-t-il autre chose ? La réponse va être claire : Oui.

Ca tabasse !

2Tout ce descriptif que je viens d’établir n’est que l’aspect technique de l’objet. Même si cette technique ne boulverse pas le monde du jeu vidéo, le somptueux mélange apporte deux choses rares de nos jours : la précision et la perfection que Crystal Dynamics a porté au projet . On ne sait pas comment, mais lorsque l’on joue tout nous parait naturel. Nous ne faisons plus qu’un avec Lara et c’est parce que je suis en train de rédiger ce test que je me suis rendu compte des procédés techniques du jeu. En jouant je ne me suis rendu compte de rien à part : du plaisir.

Cette épopée regorge constamment de surprises visuelles et change constamment de gameplay. Des phases aériennes sur des tyroliennes peuvent se terminer rapidement au fond d’une cavité sombre et inquiétante. Lara nous emmène dans les profondeurs d’une île qui a un véritable caractère. On se glisse dans une faille avec notre torche qui développe une flamme délicatement conservée. Elle nous permettra de faire brûler du bois qui nous barre la route ou même des symboles de croyants qui font de la propagande sur l’île. Lorsque l’on se retrouve seule dans le noir avec cette fameuse torche pour unique éclairage, on vit de bons moments d’aventure. Lara se déplace délicatement en caressant les parois de l’autre main, on progresse et l’on découvre une plus grande grotte jonchée de cranes humains posés à côté de petites bougies. Là on observe des cordages et on devinne qu’une énigme s’y dissimule. Il ne faut surtout pas utiliser la vision « instinct » pour conserver les joies d’un vrai Tomb Raider. Après quelques sauts et quelques réflexions de logique, des habitants locaux peuvent faire leur apparitions mais ils ne nous veulent pas que du bien. Un début de combat s’engage mais le sol se dérobe sous nos pieds. Chahutée dans tout les sens, Lara tombe dans un ruisseau qui la fait glisser vers un point de sortie inconnu. On tire au fusil à pompe sur des barrières naturelles qui auraient pu nous empaler le crâne, on essaie tant bien que mal à rouler sur le côté pour choisir son chemin. Une lumière apparait en bout de tunnel, nous voilà face à une issue fatale ? Projetée dans les airs Lara choisit de planter son piolet (touche carré ou X) et nous voilà perchés au dessus de cent mètres de vide. Il va falloir escalader pour atteindre une corniche verdoyante que l’on décèle sur notre gauche…

Voilà 3 minutes d’exemple qui représente bien la déferlante d’actions que l’on se mange durant les 15 heures de jeu. Crystal Dynamics tient en haleine le joueur sur toute la longueur de l’aventure. On ne s’en lasse jamais et cela ne s’arrête jamais ! La progression du jeu est tellement maîtrisée que l’on oublie d’aller se coucher. Le nombre de fois ou je me disais que j’allais m’allumer une cigarette après ce combat et qu’une demi-heure plus tard la clope était toujours dans le paquet… C’est incalculable ! (Cela fonctionne aussi avec la pause Yaourt ou BN)

Un mode multijoueur est disponible mais lorsque l’on vient d’essuyer le mode solo, on a besoin de temps pour digérer la tonne de surprises que Tomb Raider vient d’offrir. A vous de le découvrir mais pour ma part, un Tomb Raider doit resté une aventure solo. C’est comme un Dead Space en fait, donc je n’y mettrai jamais les bottes.

Transformation efficace ?

A l’heure d’aujourd’hui, j’ai trouvé quelques défauts techniques au jeu en rédigeant ce test mais vous savez quoi ? On s’en balance royal ! Là ou j’attends un bon jeu vidéo, c’est là ou je me perds. Un endroit ou l’on me fait devenir quelqu’un d’autre et dans un endroit hors du commun. Mon paddle a littéralement disparu de ma conscience et mes yeux n’ont fait que pleurer de satisfaction. La qualité des sons, des doublages et des musiques rendent Tomb Raider très proche de la perfection. D’ailleurs j’oserai même dire que je ne connais pas mieux aujourd’hui. En 2013, cela fait du bien de jouer à un jeu abouti dès le « day one » !

La re-jouabilité du titre est possible car chaque feu de camps fait office de point de « téléportation ». Avec les nombreuses facultés que Lara débloque au cours de cette aventure, on accèdera à d’autres endroits inaccessibles en début de partie. Il n’y a donc pas de « Partie + » mais un continue qui nous suggère de terminer l’île à 100% avant d’affronter une nouvelle fois le boss final. Et oui car il y a des Boss dans le jeu. Ce n’est pas des dinosaurs mais ils sont plutôt bien amenés et divertissent comme ils se doit. Tout est concentré sur Lara donc, inutile de créer un Boss avec du charisme comme un Psycho Mantis. Ce reboot de Tomb Raider est indéniablement une réussite totale. Si vous pensiez que Lara était devenue « Has Been » il est peut-être temps de poser les doigts sur cet épisode. C’est un incontournable vidéo-ludique, c’est un travail d’orfèvre et un plaisir inoubliable. Le sous-titre « A survivor is born » s’applique aussi bien à Lara qu’au jeu Tomb Raider en lui-même !

 Verdikt Kaik

 

Trailer

 

Share.

About Author

Avatar

apt-get -f install Twitter : @GMS_Kaik

10 commentaires

  1. Avatar

    Test génial pour un jeu génial !
    Jvais y jouer toute la nuit histoire de « prendre du bon tempssss »
    Merci Kaikouné

  2. Avatar

    Le jeu ne me tentait pas du tout, et pourtant, ayant fait quasiment tout les autres Tomb Raider ça me faisait mal de dire Non à un TR .. Mais après lecture de ce test, j’hésite à craquer et acheter cette oeuvre vidéoludique

  3. Avatar

    j’ai lu ce test au taf…(oui bon ça va c’est la pause dej’)…j’ai juste envie de rentrer me le prendre…

  4. Avatar

    Effectivement ce titre est très bon. Si vous avez des doutes pour le prendre, sachez qu il y a un pass de 12 jours pour jouer en ligne (version collector, pour la version normal c est a confirmer)

  5. Avatar
    Serial Butcher on

    Super test mon bon Kaik, comme d’hab’ j’ai envie de dire 😉

    Je commence l’aventure dès ce soir :))))))))

Leave A Reply