[DOSSIER] SERIOUS SAM !

9

20120224serioussamecomplete

Tout d’abord, retournons dans le passé et attardons nous brièvement sur Croteam, studio Croate fondé en 1993. Leurs débuts étaient selon eux, dignes du « garage game development », que l’on peut assimilé aux développeurs indépendants de jeux d’Atari 2600 à l’époque, entreprenant cette tâche comme un loisir, un véritable travail et surtout une passion. Le studio développa 3 jeux, de 1993 à 1995 sur Amiga/4000 et PC : Football Glory, 5-A-Side Soccer et Save The Earth.
Mais ce n’est qu’au début du XXIè siècle que le raz de marée s’approcha sans crier garde…Croteam développa un nouveau moteur de jeu, il s’agit du Serious Engine, qui annonçait déjà la couleur rien qu’à son nom. Afin de tester celui-ci, ils mirent au point une démo de jeu, qui était ce qu’allait finalement devenir le premier volet des aventures de Sam « Serious » Stone. Avec Devolver à la publication, en 2001 sortait Serious Sam : The First Encounter ( Premier Contact ).

(J’ai décidé par choix, de regrouper les épisodes par « famille », dans un ordre qui n’est donc pas chronologique…)

 

Sans titre

INTRODUCTION :

« A l’aube du XXIè siècle, l’humanité fit une recherche surprenante. Sous les sables de la première civilisation humaine connue, des traces d’une autre civilisation, bien plus ancienne mais technologiquement plus avancée ont été découvertes. Ce travail a permit à l’humanité d’atteindre les confins de l’univers. Tout semblait parfait, mais trop pour pouvoir durer. En l’an 2104, l’humanité fût attaquée par d’innombrables monstres sanguinaires, issus d’une autre dimension. Lors des affrontements qui ont suivis, les hommes luttèrent vaillamment, mais rien qui puissent arrêter ces monstres. Les forces terrestres furent vaincues, planète par planète, même leur propre système solaire. Grâce a son grand courage lors de ces affrontements, Sam ‘Serious’ Stone devint une légende (…) Le dernier espoir de l’humanité reposait sur un vieil artefact Sirien nommé le « Time-Lock », (trouvé lors des fouilles établies durant le XXIè siècle) , capable de téléporter une personne dans le passé, et le choix de cette personne qui accomplira cette mission était évident… ».

L’introduction de ce premier opus semble plutôt austère avec ce cosmos, ce texte défilant nous contant les faits passés, et pourtant, nous sommes en face d’un scénario pas vraiment serious ! Comme vous avez sans doute dût le voir, la trame scénaristique se veut légèrement bidon et cliché, c’est ce qui fait la force de Serious Sam dès ses débuts ! Les développeurs transmettent une puissante envie de marquer les joueurs à travers ce scénario se voulant tragique et grave, tout en se moquant de lui même !

 

LE JEU :

Un Quake-like se déroulant dans une atmosphère Egyptienne, qui nous fera visiter entre autre Louxor, saupoudré de musiques d’ambiances se voyant teinter par d’énormes riffs de Metal extrêmement violents qui nous transporte encore plus dans cette transe ressentie lors des affrontements interminables contre ces vagues d’ennemis à n’en plus finir ! Et c’est ce qui fait également la singularité de Serious Sam, c’est le nombre incroyable d’ennemis en vague successives et à l’affichage bien géré, novateur pour l’époque. Nous sommes sans aucun doute devant un FPS jouant la carte du  » Retourné de table « 

Des vagues abusives ? En voilà une minuscule !

Des vagues abusives ? En voilà une minuscule !

 se basant sur des acquis et des classiques tel que le côté linéaire d’un couloir et les objectifs/énigmes simplistes, il propose à l’inverse une expérience d’affrontement originale et éprouvante, pour donner un exemple, certaines vagues d’ennemis peuvent durer facilement des dizaines de minute et vous faire reculer jusqu’au début du niveau ! Difficulté corsée mais bien dosée, des environnements plutôt appréciables mais vite redondants, un excellent mode multijoueur et splité proposant du VS mais également de la Coopération, point étant le plus intéressant compte tenu que ce jeu est beaucoup moins fun en solo. Son point faible résiderait peut être dans sa durée de vie un peu courte, mais la « rejouabilité » est omniprésente et les différents modes de difficultés constituent de vrais challenges.

 

Le bestiaire à affronter est également charismatique; Gnaars, Bioméchanoïdes ou encore  Scorpions-mitrailleuses…Mais à voir cette lueur ardente dans vos yeux, vous avez  certainement en tête le…kamikaze sans tête ! Symbole à lui seul du jeu,

Des ennemis colossaux !

Des ennemis colossaux !

 il anime clairement les combats et l’esprit de la série, tant au niveau de son design que de son cri  perçant ! L’utilisation des ennemis est assez bluffante lorsque l’on joue pour la première  fois à Serious Sam, jamais nous n’avions dût nous battre contre autant de vagues de  monstres pendant autant de temps et à un tel degré de violence ! Le plus impressionnant  pour ma part, concerne la taille démesurée de certains démons, faisant plusieurs   centaines de mètres et extrêmement violents ! Malheureusement ceci est peu courant  dans l’aventure qui nous est proposée..

 

EN BREF :

Certains le compare à Painkiller ou Duke Nukem, mais Serious Sam est un jeu qui sort de l’ordinaire et qui surgit tel une météorite. Carte jouée, Croteam remet le paquet comme dirait Bigard, et nous pond un an plus tard la magnifique suite de cette pépite, Serious Sam : The Second Encounter ( Second Contact ).

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
Share.

About Author

Avatar

Chevelu diesel aux penchants N-sex. Half-time shuffle & Serious Sam.

9 commentaires

  1. Avatar

    PS : Il y’a un petit soucis au niveau de la vidéo de Gameplay de BFE que je suis en train de résoudre, encore désolé. 🙂

  2. Avatar

    Ce dossier a l’air vraiment pas mal (je n’en suis qu’à la première partie). Je ne connaissais pas la série jusqu’à maintenant, j’essayerais de m’y mettre dès que j’aurais le temps 😉

Leave A Reply