[Un coup d’oeil dans le retro] Croisière pour un cadavre

4

OUVERTURE

Delphine Software, développeur évoqué dans mon dernier « J’ai lu » consacré à Eric Chahi, aura décidément marqué ma vie de joueur. Cette société surfant alors sur les succès des Voyageurs du temps (1990) et de Operation Stealth (1990), s’était lancé un nouveau défi, comme pour clore une trilogie de Point and Click en 2D. Mais le projet Croisière pour un cadavre (1991) connu de nombreux reports et retards qui, au final, eurent pour heureuses conséquences de nous offrir un jeu techniquement bluffant et impressionnant, mêlant décor 2D et animations époustouflantes pour 1991…  Le jeu devait sortir au préalable en début d’année mais ce fut finalement au mois de Septembre de cette même année, que Delphine Software nous offrit cette enquête captivante et inoubliable…

À la tête du projet, nous trouvions au autre grand nom du jeu vidéo : Paul Cuisset. Ce dernier était en charge du scénario, de la programmation et du système d’évolution des cinématiques… Paul Cuisset n’était pas, à l’instar d’Éric Chahi, tout seul à la tête de son projet. D’autres passionnés étaient de la partie. Denis Mercier et Philippe Chastel participaient également à l’écriture du scénario. La programmation cinématique quand à elle se trouvait confiée à Philippe Chastel, Benoist Aron et Paul Cuisset. Les graphismes et les animations étaient réalisés par un autre trio : Denis Mercier, Christian Robert (grand ami d’Eric Chahi) et Thierry Perreau. La musique était confiée à un seul homme, Jean Baudlot, qui fit des merveilles pour ce jeu. Et enfin, aux bruitages, nous retrouvions Benoist Aron. Une petite équipe de choc pour un jeu culte qui marqua plus d’un joueur…

DELPHINE

Croisière pour un cadavre débutait par une sublime scène d’introduction qui plantait admirablement le décor : avril 1927, Paris par une froide matinée de printemps… Nous incarnons l’inspecteur de police Raoul Dusentier profitant tout juste de congés annuels bien mérités. En ce début de matinée, le facteur en déposant chez Dusentier une lettre inattendue allait offrir à l’inspecteur l’occasion unique de transformer ses banales vacances en un voyage inoubliable. En effet, le richissime armateur grec Niklos Karaboudjan, invitait le policier à bord de son somptueux et luxueux voilier, afin de lui faire profiter du calme reposant d’une longue croisière.

Le manuel du jeu nous permettait d’en apprendre un peu plus grâce à la reproduction d’une lettre rédigée par Niklos Karaboudjan, adressée à Dusentier et datant du 25 mars 1927. Dans celle-ci nous pouvions lire que Niklos réclamait la présence de Dusentier à ses côtés afin de l’aider à écrire un livre policier. Mais pourquoi Dusentier? 
Et bien plusieurs jours plus tôt, Dusentier fut responsable d’une descente de police dans un des restaurants les plus à la mode de Paris, et embarqua alors par erreur Monsieur Karaboudjan, ainsi que tous les clients dudit restaurant afin d’être sûr d’arrêter l’homme qu’il recherchait. Mais il fit chou blanc… L’armateur, peu rancunier, ne lui en tint alors pas rigueur, ce qui fit de la proposition écrite de Karaboudjan une offre difficile à refuser pour le policier…

LETTRE

Karaboudjan, Karaboudjan, Karaboudjan Ce nom vous dit sans doute quelque chose si vous avez été comme moi bercé par les BD d’Hergé et par Les Aventures de Tintin… Un hommage certain aux exploits du petit reporter voulu par Christian Robert et le reste de l’équipe, tous fans de bandes dessinées… Le nom du voilier fait référence au navire Karaboudjan vu dans l’album Le Crabe aux pinces d’or. L’autre référence à ce même album apparaitra plus tard dans le jeu lorsque Raoul Dusentier découvrira un indice dans… une boîte de crabe…  Classe! Le nom à consonance grecque de l’armateur fait évidemment référence au personnage Rastapopoulos découvert dans l’album Les Cigares du Pharaon. Trois beaux hommages aux enquêtes du célèbre Tintin!

KARABOUDJAN

Ce n’est évidemment pas le seul hommage rendu ici tant l’ombre d’Agatha Christie plane sur ce jeu et l’enquête proposée. Dusentier fait immédiatement penser au très connu et cultissime Hercule Poirot.

Nous montons donc à bord du Karaboudjan et nos valises à peine posées dans notre cabine que le majordome de l’armateur réclame notre aide, ce dernier venant de découvrir son maître sauvagement assassiné dans sa cabine. Dusentier se retrouve sur les lieux du crime et se fait très rapidement et lâchement assommer… 
Quand il reprend connaissance le lendemain matin, le corps de Niklos Karaboudjan a disparu…L’enquête à bord du voilier peut commencer…

INTRO

1 2 3 4
Share.

About Author

Avatar

Le jeu vidéo, c'est la vie... Mon Twitter: @GMS_Butcher Retrouvez-moi sur Instagram: attends_je_sauvegarde

4 commentaires

  1. Avatar

    Quel jeu et quel plaisir de voir que je ne suis pas le seul à l’apprécier !

    Les premiers screens de la version 2D étaient jolis mais sans plus et il est vrai que cette version n’aurait pas eu le même impact.

    J’y rejoue encore de temps en temps, et j’aime ça !


    /me avait écrit un « test » sur son blog il y a fort fort longtemps 😉

  2. Avatar

    Putain, superbe…. toujours aussi bon, butcher.

    Je m’en souviens très bien de ce jeu, mais j’ai été bloqué vers le milieu sans savoir quoi faire… Alors tu ne trolles pas la fin? C’est qui le meurtrier?

Leave A Reply