TxK (PS Vita)

1

txk08

Disponible depuis hier sur le PSN et exclusivement sur PS Vita « TxK » est un shoot’em up développé par Llamasoft qui se présente comme le successeur de Tempest 2000 qui avait débarqué sur la Jaguar d’Atari en 1994. Aux commandes nous retrouvons Ivan « Giles » Zorzin et Jeff Minter, ce dernier étant à l’origine de ce jeu sorti il y a presque 20 ans et qui était déjà à l’époque un remake de Tempest premier du nom. Vous me suivez?

Le principe de TxK est aussi simple qu’efficace, vous dirigez une sorte de vaisseau dans des niveaux se déroulant sur des formes et des plans vectoriels, le tout dans un univers totalement psychédélique. Pour mieux comprendre la chose, les images ci dessous parleront d’elles mêmes.

Visuellement le titre marque le joueur d’entrée, à condition qu’on adhère au style bien évidemment. Jusque dans les menus (tout est en anglais), c’est rétro et épuré à l’extrême comme à l’époque, mais cela colle parfaitement au style du titre. Les couleurs pètent dans tous les sens, ça brille, ça clignote, il y a des explosions de particules à la pelle et le tout baigne dans un bande son électro/techno complètement folle. L’expérience est vraiment hypnotique et entrainante et inutile de vous dire (mais je vais le faire quand même) que le port du casque ou des écouteurs est fortement conseillé.

Notre vaisseau aura donc pour tâche de nettoyer ces environnements en shootant tout ce qui approche. Celui ci reste en permanence au premier plan, à savoir sur le « bord » de la « structure » et il faut absolument empêcher les ennemis d’arriver jusqu’à nous sous peine de complications et de sanction. Personnellement d’ailleurs je recommande l’usage de la croix directionnelle, bien plus précise à mon goût que le stick lorsqu’il faut jongler entre « les lignes ».

txk001

En terme de gameplay l’affaire est simple, mais il faut savoir que les mouvements se font toujours par rapport à la gauche et à la droite du vaisseau lui même et non par rapport à l’environnement. Ce détail peut paraitre minime mais il se révèle assez fourbe puisque l’on se retrouve très rapidement retourné ou incliné dans tous les sens. Du coup il est facile de s’emmêler les pinceaux, de partir dans la direction opposée et de se faire exploser au passage.

Pour nous aider dans notre tâche il y a bien sûr tout un tas de PowerUp. On pourra par exemple augmenter les dégâts, accélérer la cadence de tir, récupérer une IA qui servira de compagnon bienvenue, ou encore avoir un « jump » qui permettra de prendre du recul un court instant et ainsi éliminer les ennemis qui seraient arrivés sur le même plan que nous, etc…

Il faudra utiliser ces bonus avec malice et efficacité, car une fois un niveau terminé on les perd automatiquement et on commence le suivant avec le tir de base et la chasse aux items reprend ainsi de plus belle. On ne garde en fait que deux choses: nos vies et une bombe (le Supertapper) qui élimine tous les ennemis à l’écran et double les points, mais qui ne peut être utilisée qu’une seule fois par niveau.

D’ailleurs en parlant de niveaux, TxK en propose une centaine, et si on aime la chasse aux high scores ou aux trophées autant dire qu’il y a de quoi s’occuper. Bien évidemment la difficulté augmente au fil du temps, les formes des niveaux deviendront plus complexes et les ennemis seront de plus en plus retords, que ce soit dans leurs paterns ou leurs attaques. Il faudra donc apprendre à les connaitre pour éviter d’être très rapidement submergé, d’autant plus que le jeu ne laisse aucun temps mort en dehors des changements de niveaux.

Pic-(50)

Côté contenu, le jeu se décline en 3 modes:

PURE: on commence simplement du début et on avance le plus loin possible en profitant de tous les bonus du jeu et en faisant ainsi un score en « Pure Mode ».

SURVIVAL: tout est dans le titre, on va le plus loin possible, cependant sans profiter de vies supplémentaires ou des niveaux bonus, ce qui rend l’affaire déjà moins drôle, mais qui arrivera sans problèmes à séduire les joueurs les plus chevronnés.

CLASSIC: ici on peut tout simplement reprendre le jeu au niveau de son choix ,si bien sûr il a été débloqué, et poursuivre l’aventure.

Ce mode est d’ailleurs plus intéressant qu’il n’y parait puisque que le jeu conserve vos high scores, mais il sauvegarde aussi et surtout votre meilleur nombre de vies au début de chaque niveau. C’est important puisque TxK ne propose pas de continues. En dehors de la quête du scoring ce système nous force donc à améliorer notre nombre de vies pour chaque niveau pour en avoir un maximum pour commencer le suivant, et ainsi de suite. Un principe aussi simple que malin.

Vous l’aurez compris, ce n’est donc pas dans la variété que TxK va tirer son épingle du jeu et c’est là véritablement son seul point noir. C’est vrai que l’on aurait pas craché sur quelques modes un peu plus originaux pour compléter l’expérience. Mais qu’importe, ce qu’il propose est déjà bien suffisant, et surtout il le fait très bien.

Por2

Les deux développeurs « Giles » et Jeff

_________________

Grâce à son concept aussi simple que diabolique TxK propose une expérience originale et un plaisir de jeu aussi immédiat que chronophage. Le titre est tout bonnement idéal pour un support comme la PS Vita, que ce soit pour de petites sessions ou une immersion totale. C’est simple, on ne voit pas le temps passer, on ne s’ennuie jamais, on en prend plein les yeux et les oreilles et surtout, on s’amuse énormément. A moins d’être allergique à sa direction artistique il n’y a aucune raison de passer à côté de cette petite merveille.

TxK pèse environ 100 Mo et est proposé au prix « normal » de 6,99€ et de 5,59€ pour les membres PS+ pendant deux semaines.

Vignette TEST TXK

Share.

About Author

Avatar

@StephNoMore

Un commentaire

Leave A Reply