Castlevania : Le Manuscrit Maudit Édition Dracula – Pix’n Love Editions.

0

Dracula Édition

PETITE HISTOIRE :

Mercredi 29 Janvier 2014

C’est vers les coup de 20h que j’ai décidé de quitter le repas familial pour regagner mon poste, devant l’ordinateur.

– « Non Mère, j’ai assez soupé pour le moment, je me dois de vous quitter, une missive des plus importantes m’oblige à être présent sur la toile, je ne puis omettre ce moment, c’est quelque chose que je me dois de faire.

– D’accord Luckmuche, qu’il en soit ainsi, après tout tu es grand à présent, libre à toi de prendre des décisions seul, tu es sûr que tu ne veux pas de ce bon Coulommiers ? »

Trouble de l’esprit me força à actualiser chaque frame possible pour enfin apercevoir l’accessibilité de ce doux objet, un peu comme ces magasins qui attendent l’heure suprême du lever de rideau. Je sentais une hostilité profonde parmi les plus fervents admirateurs de Pix’n Love mais aussi de cette saga Légendaire qu’est Castlevania, je sentais une épaisse brume pointant sur ce champ, qui allait connaître d’une minute à l’autre, une de ses pires batailles.

Naviguant sur twitter comme si j’écrivais en même temps mon épitaphe sur un long ruban qui défile et qui défile, je me remémore cette citation de Shakespeare :

« Qui attend les souliers d’un mort, risque de marcher longtemps nu-pieds. »

Il me fallait un verre de lait pour rassurer cette montée de stress qui venait en moi, je n’avais jamais osé acheter un ouvrage chez Pix’n Love, bien que j’admirais leur travail depuis longtemps. J’attendais le bon moment, le sujet qui allait me faire frissonner et me dire, cette fois, j’investi. Castlevania… Je ne pouvais pas rater cela, impossible.

C’est durant une ultime gorgée que tout défila sous mes yeux, le feu vert était donné, il ne restait plus qu’à ne pas se faire brûler.

Le site se faisait malmener, crashs tumultueux et sans fin comme si une bande de Vikings se battant aux gantelets venaient d’amarrer sur la baie du savoir ultime. Il était impossible de lutter, je voyais les gens paniqués à l’idée de ne pas pouvoir obtenir ce précieux ouvrage, et j’en faisais parti, qui pouvaient bien être ces sauvages sans foi ni loi pillant tout sur leur passage ??

J’avais un peu de peine pour l’équipe du site, faire un pareil démarrage peut être à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle, j’imagine que cela ne devait pas être aisé de remettre le cap droit.

Mais c’est en regardant cette photo de Ron Jeremy que je me suis dis que tout est possible.

ron jeremy

J’ai soudainement brandit mon étendard Gamerside, j’ai foncé sur le champ, torse vulnérable aux flèches pimentées de feu et saisi la première occasion de me glisser dans l’objectif, c’est ainsi que j’ai réussi à mettre l’objet dans mon panier.

Il ne se laissait pas faire l’animal, malgré mes rafraîchissements, j’avais du mal à l’apprivoiser, le faire mien, il n’arrêtait pas de me marmonner ce chiffre, 404, je n’ai jamais su pourquoi…

Enfin, j’ai pu le commander et passer à la caisse, mais un problème est survenu, je n’avais pas pris un exemplaire, mais trois ! Heureusement que l’équipe de secours de Pix’n Love était présente pour m’ôter cette tumeur, et pouvoir la faire profiter à deux autres petits chanceux.

Un mois et demi s’est écoulé depuis cet événement, j’en ai garder quelques blessures superficielles, mais je me tient encore debout, la prochaine pleine Lune n’est que dans trois jours…
Je vais ouvrir la porte au facteur, la mine patibulaire du petit matin des coups de onze heures, le remercie et me rue sur le paquet après un bon verre de lait.

Je déballe la chose et là, je me dit que j’ai vraiment tiré le gros lot.

LE COFFRET :

Étant, entre autre, le 100ème pile à posséder cette édition, je me retrouve assez impressionné de la qualité générale suintante de ce coffret, on se retrouve avec un très bel objet qui réponds vraiment aux attentes des fans de la saga en quelques mots clefs : Classe, sobriété, mystère, authentique, profond.

Ceux qui se sont intéressés à l’objet sont, bien évidemment, au courant du contenu de cette édition, mais je le rappelle pour les fans de Richard Cocciante encore présents dans la salle :

castlevania_pixnlove_gamerside

– Une boîte en pin du Nord fabriquée en Haute Savoie, j’y suis déjà allé, les fromages sont cool là-haut. Seul petit bémol que j’ai honte d’avouer, je trouve que le logo Pix’n Love qui est dessus casse le côté rustique de l’objet avec sa typo assez moderne, une différence de ton qui n’est cependant pas une monumentale erreur, n’est ce pas Slater ?

– Une plume d’oie de 24 cm servant à la Calligraphie, si vous vous la jouer Maupassant de comptoir, un peu comme moi.

– 5 Ex-Libris (sortes d’art-works) dans un format très sympathique mais peut être un peu juste au niveau de la largeur, trois fois rien.

– 1 carte numérotée et signée par l’auteur, le numéro correspond à la numérotation de votre boîte, c’est de qualité photo et plutôt joli.

– Un DVD RIP, je cite Pix’n Love du coup : « Dans une enveloppe cachetée offert, contenant un reportage de 45 minutes de l’émission Recherche Investigation Paranormale, au cœur du château de Dracula ! » Je ne sais pas ce que vaut le contenu, mais je suppose que ça s’accorde bien avec le reste au final, ça parle de Dracula non ? Bah alors !

– Et, bien évidemment, l’ouvrage qui dispose d’une finition soignée étant la même que celle de l’Alucard Edition.

Le rendu final du livre est énorme, on a l’impression de tenir entre nos mains l’Holy Bible du jeu, qui est une arme bien plus que contondante au coeur de la saga. Il est lourd, massif, la qualité du papier est excellente, l’effet parchemin l’est tout autant. Idem pour la couverture, sobre et légèrement « gonflée », comme les vieux ouvrages en somme. De plus il me permet d’assouvir un de mes pêchés mignons au niveau de l’achat d’un livre neuf.

L’ODEUR.

Mon dieu de bon sang de bois de Philippe Risoli je n’ai jamais senti un livre à l’odeur aussi agréable, cette note de neuf mélangée aux essences de la boîte en pin est un véritable régal pour le nez, je ne m’en lasse pas et je suis, snif, encore en train de le, snif, humer en écrivant, snif, ces lignes.

Bien évidemment, ne l’ayant reçu qu’aujourd’hui, je n’ai pas encore put dévorer ce livre, j’ai lu les 20 premières pages et le contenu me semble on ne peut plus intéressant, il traite de manière totale la saga qui par sa complexité et son amplitude, méritait absolument un ouvrage pareil, plus de 250 pages ! Il y’a même des pages libres à la fin sur lesquelles vous pouvez vous exercer au dessin potache digne de Gotlib ou d’Édika, charmante attention.

CONCLUSION :

Il est maintenant venu le temps des regrets et du bilan.

J’ai, en effet, un regret sur cet objet, qu’il fût si limité et si difficile à obtenir, il est partit en moins de 40 minutes sur le site de l’éditeur et je pense que beaucoup de personnes regrettent de ne pas l’avoir. Ce n’est pas pour faire mon Abbé Pierre, mais sincèrement, c’est quelque chose qui me touche, d’autant plus que j’ai vu fourmiller LE SOIR MÊME DE LA MISE EN VENTE des annonces sur eBay/Leboncoin proposant ce coffret à des prix scandaleux ! Cela n’a fait qu’accentué mon envie de faire une bonne salade de phalanges, mais que voulez vous, le monde du jeu vidéo est ce qu’il est maintenant, et ce, dans n’importe quelle dimension artistique, Bloody Tears n’est ce pas ?

Pour éviter de vous faire pleurer à la toute fin de cet article, je vais répondre à des questions basiques à propos de cet achat.

POURQUOI ? 

Fan de Castlevania, j’attendais un ouvrage sympathique valant à mon sens le coup, l’équipe qui est derrière constitue de plus, un point fort non négligeable en thème de recherche et de sérieux quant au contenu. L’attention toute particulière au produit final, répondant véritablement aux fous furieux de la série, ça entre dans les critères du fan service et c’est rudement mené, Pix’n Love, ce message est pour vous, je vous encourage vivement de continuer ce genre de contenus pour d’autres thèmes abordés si cela vous est possible, c’est une riche idée qui a du sens !

QUAND EST-IL DU PRIX ?

Il faut en effet investir un peu, le coffret était à 69,99 euros, mais j’ai quelques arguments pour défendre ce prix. 
Beaucoup d’ouvrages en libraries/FNAC/Furet du Nord etc sont hors de prix par rapport à ce qu’ils proposent, lois du marketing rudement menées, demandes assez faible et donc prix gonflé, ce qui est totalement compréhensible, mais il suffit de regarder par exemple certains prix d’artbooks, il y’a de quoi s’arracher les cheveux.

Ici il s’agit d’une source de culture très intéressante qui de plus, traite d’un sujet inhérent à tous, Dracula. Je pense donc, à posteriori, que ce livre peut à certains moments, intéressé des gens qui ne sont pas touchés par le jeu vidéo, ne serait ce que par le contenu histoire et une nouvelle fois culturel pouvant traiter de Dracula.

Les ajouts sont également sympathiques, l’acheteur est flatté par un certificat à son nom avec signatures des auteurs, des artworks de qualité et des goodies sympas comme le DVD ou la plume, le tout dans un coffret vraiment très classe et de qualité.

Il y’a aussi autre chose, cet achat m’a rapporté 120 points pour le Klub Kdôs de Pix’n Love, avec ces points j’ai pu commander la bible des jeux Nintendo DS pour ZERO EUROS, même pas de frais de port à payer, rien ! Quand on voit que pour un achat de 100 euros Micromania n’offre même pas les frais de ports… Oui je parle de l’édition collector de Lords of Shadow 2.

D’ailleurs en parlant de ça, entre ce coffret collector et celui proposé par Konami sur Lords of Shadow 2, pour moi il n’y a pas photos, c’est d’ailleurs la problématique que je me suis posé ! Toi, fan de Castlevania, vas-tu claquer 100 boules dans un collector ( qui actuellement dégringole ) qui semble plus tape à l’œil qu’autre chose ou 70 dans une version premium d’un ouvrage d’une maison d’édition qui a fait ses preuves maintes et maintes fois ? N’as tu pas envie pour une fois de changer et, de plus, faire un geste citoyen envers une boîte qui mérite l’argent qu’elle engrange plutôt qu’un monstre financier ? Certes ils ne travaillent pas dans les mêmes cours, mais selon moi, cela a lieu d’être.

Bref, il ne me reste plus qu’à le lire, je reviendrais plus tard sur un autre billet pour dire ce qu’il en est.

Post-Scriptum :

Je n’aurais qu’une chose à dire à ceux qui hésitent encore de tenter l’expérience Pix’n Love, foncez. Il y’en a pour tous les budgets et tous les goûts, on sent la passion des gars et rien que de savoir cela, ça donne vraiment de la chaleur à ce monde de charognes.  Je suis vraiment profondément navré pour ceux qui souhaitaient obtenir l’Édition Dracula, mais dans ce cas là, ruez vous sur la version simple qui a tout autant de mérite.

Je tient aussi à faire un remerciement d’honneur à Plume de Gameblog qui est l’auteur de « Castlevania : Le Manuscrit Maudit  » mais également à l’illustrateur Alexandre Dainche qui nous a proposé un travail des plus excellents au travers de ses artworks. C’est un travail titanesque mené à la perfection.

C’est sur ces mots que je vous quitte, je m’en vais retourner dans ma tombe matelassée fournie en lait fraise, Dinosaurus et Red Hot Chili Peppers.

LA REVEDERE… AHAHAHAHAHAH !!!!

Tshaw.

GALERIE PHOTO :
Partager.

A propos de l'auteur

Chevelu diesel aux penchants N-sex. Half-time shuffle & Serious Sam.

Laissez une réponse