The Walking Dead Saison 2

4

wds2-03

Ces quelques lignes sont garanties 100% sans spoilers et sans huile de palme (par contre je spoil un peu la saison 1 forcément)

La première saison de The Walking Dead avait marqué les esprits de pas mal de joueurs en proposant une aventure singulière, intense et riche en émotions grâce à une écriture de grande qualité. Le succès aidant et un petit épisode de transition plus tard, Telltale Games est donc revenu à la charge avec la suite des aventures de Clémentine. Le cinquième et dernier épisode étant sorti la semaine dernière voici donc un petit bilan global de l’ensemble.

Commençons d’abord par évoquer rapidement le cas de « 400 Days », l’épisode intermédiaire proposé il y a un an. Ayant fait celui ci sur Xbox 360 et la saison 2 sur PC je n’ai pas pu voir qu’elle était l’influence des choix entre les deux, s’il existe. Ce que je sais et sauf si j’en ai loupé un bout, c’est qu’un seul des personnages est réellement exploité dans cette suite, c’est un peu décevant mais pour le coup le fait de ne pas y avoir joué n’est donc pas un problème.

The Walking Dead Saison 2 nous propose donc cette fois ci de camper le rôle de Clémentine, l’adorable petite fille que l’on s’est évertué à protéger dans les épisodes précédents. Lee n’étant plus là, nous la retrouvons avec de nouveaux compagnons de route errants sur des terres toujours aussi hostiles.
Cependant la donne a relativement changé. Si les zombies sont toujours là et dangereux, ils sont bien plus en retrait, les personnages ont appris et savent à quoi s’attendre. Donc fini la découverte du côté « infection », le curseur est définitivement placé sur les relations humaines, la morale et surtout la folie.

wd2-02

Nous retrouvons donc Clémentine qui est bien sur en mouvement et ces cinq épisodes seront l’occasion de rencontrer bon nombre de personnes en suivant une logique assez répétitive. En effet le schéma scénaristique est assez simple, on découvre de nouvelles têtes, on se regroupe dans un bâtiment, on bouge parce qu’il y a un truc qui dérape, on rencontre d’autres personnes et on se regroupe dans une autre bâtisse, etc… Si nos héros ont bien un semblant d’objectif, celui ci n’est pas suffisamment fort et exploité pour masquer une certaine sensation de surplace que l’on ressent assez souvent. Cependant cette mobilité constante permet un bon renouvellement des environnements, on voyage pas mal.

Nous croiseront le chemin d’un bon petit paquet de personnes ce qui apporte une belle variété en terme d’interactions pour Clémentine. Car oui, vivre l’aventure à travers les yeux d’une petite fille change pas mal la donne. Les autres vont la traiter différemment et la faiblesse qu’ils voient en elle se révélera souvent être un atout dans notre manche. Malgré tout et même si elle est plus forte, celle ci ne comprendra pas souvent les réactions et le regard des adultes, ce qui rendra ses choix d’autant plus difficiles.

C’est d’ailleurs l’un des soucis d’incarner la jeune fille. En là plaçant au centre de l’histoire le jeu nous impose donc de faire tout un tas de choix cornéliens qu’une enfant ne devrait pas avoir à affronter, même dans ces circonstances extrêmes. La sensation est d’autant plus étrange lorsqu’il y a une décision capitale à prendre et qu’un groupe d’adultes se retournent vers la gamine pour lui demander « Alors on fait quoi? ». Est ce pour mettre en lumière leur faiblesse et leur incapacité à prendre les bonnes décisions et du coup de se tourner vers quelqu’un de plus « pur » ? Je ne sais pas.

Mais de cette manière et en étant assez brut dans les situations proposées le jeu va nous permettre de façonner un peu notre Clémentine. C’est assez intéressant puisque l’on nous demandera souvent de choisir entre l’endurcir ou au contraire de nous amener à nous demander: « Attends c’est une enfant, je ne peux pas lui faire faire ou voir ce genre de choses ».
A ce niveau là l’empathie marche toujours autant, grâce au background de la saison 1 on s’identifie et on se prend toujours plus d’affection pour notre petite héroïne. On regrette de lui faire vivre certaines situations et on souffre avec elle.

Cependant et malgré toutes ces personnes qui gravitent autour de nous, on se sent assez seul(e). Déjà soyons honnêtes, hormis certaines exceptions, les nouveaux arrivants sont moins attachants. Ils sont plus froids, marqués et calculateurs et certains n’ont plus le temps pour les bons sentiments et pour s’ouvrir réellement aux autres.

La survie passe avant tout, le monde est devenu bien plus dur après avoir accepté « l’infection ». Cela donne à l’ensemble une atmosphère pesante très réussie, on ressent ainsi une tension permanente même dans les moments de calme comme si chacun était une bombe prête à exploser.
Une ambiance oppressante donc qui nous montrera assez souvent que le choix de la survie se fera souvent aux détriment des autres, le jeu du coup devient psychologiquement plus difficile. Certaines décisions sont assez lourdes de sens et déchirantes alors qu’elles étaient plus centrées sur le bien être et la sécurité de Clémentine en saison 1 et peut être du coup plus « faciles ».
Cette tension et c’est sa grande qualité, la saison deux va réussir à la maintenir de bout en bout jusqu’à un climax final très intense et qui résume à lui seul parfaitement l’aventure de ces cinq épisodes.

Dernier petit point avant de conclure, le gameplay. S’il y avait assez peu de choses à faire en saison 1, on nous proposait quand même quelques petites « énigmes » pour étoffer un peu l’expérience. Dans The Walking Dead Saison 2 ces éléments là ont quasiment tous disparu et en dehors de quelques « QTE » dans des phases plus rythmées, vos interactions se limiteront aux choix de dialogues.

Cette deuxième saison est donc en dessous de sa grande soeur pour ma part, j’ai ressenti moins d’empathie pour les personnages et l’histoire semble faire un peu de surplace.
Cependant l’ADN de The Walking Dead est bel et bien là; les situations sont toujours aussi tendues, l’atmosphère est pesante, l’écriture de qualité et incarner Clémentine dans la continuité de l’histoire est un vrai plaisir. Si vous avez aimé la saison 1 vous pouvez y aller les yeux fermés, vous passerez un excellent moment, juste moins marquant et sans l’effet de surprise de l’époque, qui doit beaucoup jouer sur l’appréciation je pense.

 

Partager.

A propos de l'auteur

@StephNoMore

4 commentaires

  1. Plutôt d’accord avec toi…

    Une seconde saison un peu en dessous par rapport à la première. Il faut dire que la relation entre Clementine et Lee était tellement innovante et forte qu’il est ici difficile de recréer la même intensité avec de nouveaux personnages, qui sont dans l’ensemble bien moins attachants.

    Une saison qui réserve tout de même quelques bons moments de flippe relativement bien écrits, de bonnes surprises et de bons cliffhangers…

    Une saison que j’ai terminé cette nuit et qui dans l’ensemble m’a tout de même laissé une très bonne impression et me donne envie de me frotter à une troisième saison annoncée et confirmée il y a quelques semaines.

    Telltale maîtrise encore parfaitement « sa » licence et parvient à créer une perpétuelle tension tout au long des 5 épisodes de cette saison 2.

    Une valeur sûre pour tous ceux qui ont aimé la S01 et 400 Days 🙂

  2. Sans spoiler, y’a un petit flashback avec Lee à un moment (dans le tout dernier épisode) j’ai pas compris. On a un dialogue à choix multiples sur un truc qui s’est passé dans la saison 1, sans sommation aucunes, je savais même plus de quoi on parlait. Et ça arrivait et repartait comme un poil de cul dans le potage… J’ai même cru a un bug !

    Enfin tout ça pour dire que l’absence de Lee est justement un des thèmes de la saison 2. Comment remplacer un être aussi important qu’on avait appris a aimer ? Les autres personnages auxquels la petite Clementine (et nous par la même occasion) essaie de s’accrocher on-t-il ce qu’il faut ? La solitude et la violence auront-ils raison de l’enfant qui est en elle ? Poser de multiples questions pour faire monter le suspense est-il toujours ringard ?

  3. Ping de retour [DECOUVERTE + VIDEO TEST] The Walking Dead – Zen Pinball 2

Laissez une réponse