Velocity 2X : Un shoot’em up plein de surprises

4

V2X-06

L’année dernière Velocity Ultra fut l’une des belles surprises du catalogue au combien sous estimé de la PS Vita. Le titre de FurturLab proposait un savant mélange de shoot’em up vertical et de réflexion tout à fait sympathique et vraiment addictif. Aujourd’hui et alors que les titres indés sont de plus en plus mis en avant par les constructeurs cette suite débarque également sur la PS4 en plus de sa version portable.

Alors qu’est ce que c’est donc que ce jeu?

Velocity 2X, c’est le mélange assez improbable entre du shoot’em up, du puzzle, de la plateforme et une pointe de réflexion. Bref tout un programme.

Nous incarnons la très sympathique lieutenant Kai Tana, qui après quelques péripéties, va se retrouver à combattre une vilaine race alien avec l’aide d’un scientifique issu d’un autre peuple opprimé. Bon je vous épargne les détails d’un scénario des plus classiques qui malgré tout se suit plutôt bien par le biais de séquences textuelles entre les missions.
L’aspect esthétique du jeu est très agréable et offre une 2D très épurée mais riche en couleurs chatoyantes et en effets de lumière et d’explosions très réussis, bref c’est très très beau. C’est un peu la même du côté sonore, autant dans les bruitages que dans l’excellente bande son bien ancrée dans l’atmosphère du jeu.

Velocity®2X_20140905150046

Rentrons dans le vif du sujet avec ce qui est l’atout numéro un de Velocity 2X, le gameplay. Nous avons donc un shoot à scrolling vertical des plus banals au premier abord avec des powers up et des ennemis à détruire, sauf qu’il propose des surprises qui font toute la différence.

Le premier c’est le téléporteur; par la simple pression du bouton carré une cible va apparaître, on l’oriente avec le stick et en relâchant la touche le vaisseau va se téléporter à l’endroit voulu. Cette mécanique n’est pas un simple gimmick, car les niveaux sont construits autour de couloirs et de zones assez étriqués dans lesquels il faudra jongler tout en shootant tout ce qui nous barre la route.

La deuxième originalité c’est l’aspect puzzle qui arrive très vite et qui transcende complètement l’expérience. Le principe est simple, pour accéder à certaines zones (bloquées par des champs magnétiques de différentes couleurs) il faudra détruire des interrupteurs et ce, dans un ordre précis (c’est simple ils sont numérotés).
Mais là où ça se gâte c’est que les interrupteurs ne se suivent pas forcément sur la map. Du coup comment fait-on pour revenir en arrière? Et bien grâce à des balises que l’on va pouvoir lâcher aux embranchements du niveau et auxquelles on pourra se téléporter comme bon nous semble. Celles ci seront indiquées sur une carte du niveau (L1) tout comme les différents interrupteurs découverts afin de savoir d’où repartir pour progresser.
Si elle peut paraître assez étrange au premier abord, cette feature est extrêmement simple à jouer et rapide à prendre en main. Cela entraine parfois des designs de niveaux assez labyrinthiques dans lesquels on fera de nombreux allers retours avant de trouver et débloquer la sortie.

Velocity®2X_20140905143056 Velocity®2X_20140905143038

A droite: l’équivalent de l’image de gauche mais vue de la carte (L1).

On y voit les interrupteurs numérotés, les zones de couleurs à « ouvrir » et les balises de téléportation (l’icône en noir et blanc)

_______________

Jusque là les mécaniques de jeu sont identiques au premier épisode, mais Velocity 2X apporte son petit lot de nouveautés. Celle qui a été la plus mise en avant c’est l’ajout de phases de plateforme en 2D. Dans celles ci l’héroïne va devoir affronter de nombreux pièges, ennemis mais aussi casser de l’interrupteur (et parfois les enchainer avec un certain timing). Mais ce n’est pas tout, puisqu’elle récupère les propriétés de son vaisseau, à savoir les balises et la téléportation (qui devient une sorte de « dash »). Cette dernière permettra de passer dans le dos des gardes pour les tuer grâce à son bras armé (c’est le seul moyen) et de passer à travers certains murs pas trop épais. Nous avons aussi à disposition une sorte de capsule que le pourra lancer dans des endroits apparemment inaccessibles et nous téléporter à l’endroit où elle tombe.
Ces phases 2D sont d’ailleurs implantées directement dans l’aspect shoot. Hormis pour celles du début vous y accéderez simplement en posant votre vaisseau dans certaines zones des niveaux et pourrez y faire de nombreux allers retours de manière fluide et sans chargements.

Alors oui, ça en fait des choses et c’est peut être un peu indigeste à assimiler, mais une fois dans le jeu tout se fait sans réels soucis. Sauf peut être pour la téléportation lors des sauts verticaux qui n’est pas toujours très instinctive, j’aurai personnellement préféré un double saut, mais on s’y fait.

Velocity®2X_20140905142855 Velocity®2X_20140905142922

A gauche: les endroits représentés par des lettres sont les zones d’accès aux phases de plateforme en 2D

_______________

Vous l’aurez compris, Velocity 2X propose une palette de mécaniques de jeu très variée (qui s’applique jusque dans les combats de boss très réussis). En sachant cela il est évident que les fans du genre n’y trouveront pas une expérience dans la lignée d’y R-Type ou d’un Ikaruga, aussi bien en terme de difficulté que de shooter. Du côté des regrets, je soulignerai personnellement le manque de vrais niveaux de shoot’em up pur et dur, mais après tout, ça n’est pas dans son ADN et c’est ce qui fait son originalité. J’aurai peut être aussi apprécié un poil plus de prise de risque et de variété dans le level design. Non pas que le jeu en manque au contraire, mais vu tout ce qu’il offre on n’en veut forcément beaucoup plus, surtout quand on a fait le premier. Mais là je chipote, c’est vraiment très subjectif.

Alors on s’arrête là? Non!

Non parce qu’il faut aborder l’aspect scoring du jeu. Déjà en premier lieu parce qu’il est obligatoire de faire de bons scores pour acquérir les points d’XP nécessaires pour débloquer les 50 niveaux au fur et à mesure que l’on avance.
Oui, car pour chaque niveau il y a un système de notation qui va dépendre de plusieurs critères. Il y a le temps, les cristaux récupérés, les survivants sauvés et le scoring pur (suivant les niveaux ce dernier n’est pas présent). Tout cela combiné donne droit à des médailles allant jusqu’à la note ultime, le «Parfait ». Et là croyez moi on rigole beaucoup moins. Parce qu’autant être honnête, Velocity 2X est un jeu assez (très) simple si on le rush en ligne droite, dans mes souvenirs le premier offrait plus de challenge. Mais la vraie difficulté, le vrai sel du jeu c’est bien d’obtenir la meilleure note possible. Et avec tous les éléments de gameplay dont je vous ai parlé plus haut je vous laisse imaginer le joyeux bordel dans certains niveaux qu’il faudra refaire, encore et encore parce que le chrono n’attend pas. D’ailleurs les derniers levels proposent un « twist » de gameplay assez déroutant qui risque de rendre les médailles ultimes difficiles d’accès.
Vous rajoutez à cela des items à récupérer pour étoffer le background du titre, des mini jeux bonus à débloquer et la possibilité de battre les scores de ses potes en ligne et vous avez au final une sacrée dose de contenu.

Velocity®2X_20140905142537

Le tableau de scoring pour chaque niveau, très complet et qui indique les objectifs pour chaque catégorie.

_______________

Il serait vraiment dommage de passer à côté de Velocity 2X tant il apporte une vraie bouffée d’air frais de par ses mécaniques de gameplay et sa pâte artistique des plus réussies (si vous êtes PS+ vous n’avez aucune excuse il est offert ce mois ci). C’est tout à fait le genre de jeu que l’on aimerait voir plus souvent et qui, à défaut de révolutionner le genre y apporte une vraie touche d’originalité. Une vraie réussite, tout simplement. Ne passez pas à côté!

Je vous laisse avec ce superbe trailer qui illustre parfaitement tout ce que le jeu propose. Enjoy!

Share.

About Author

Avatar

@StephNoMore

4 commentaires

  1. Avatar

    J’ai voulu me le prendre cette nuit mais il était trop tard pour commencer le DL et enchaîner quelques parties.
    Ton test m’a convaincu de m’y essayer au plus vite 😉

  2. Avatar

    j’ai absolument pas accroché à l’ambiance et style de jeu
    je m’ennuyais et n’y trouvais aucun intérêt donc j’ai lâché l’affaire …

Leave A Reply