Far Cry 4 [IMPRESSIONS + VIDEO DECOUVERTE]

6

Far Cry, cette licence qui depuis des années nous vend du rêve, des contrées exotiques, des eaux turquoises, des palmiers, des ennemis à foison, une faune agressive et des Km2 de monde ouvert pose ses valises au pied de l’Himalaya pour un nouveau trip explosif, violent, jouissif et libérateur. Un bon défouloir au pays du Yéti.

Les lointains souvenirs que j’ai de Far Cry datent du premier opus (2004) que j’avais alors découvert sur PC chez un pote qui possédait une vraie bête de course. Je me rappelle avoir été bluffé et ébloui par le rendu graphique de ce jeu. La distance d’affichage incroyable nous amenait à tester plein de trucs. Je me souviens avoir été en haut d’une falaise, viser un bateau en contre-bas se trouvant à des kilomètres de là et tirer une roquette sur lui… Nous suivions du regard cette dernière alors qu’elle se dirigeait inexorablement vers l’embarcation. Des dizaines de secondes plus tard cette dernière explosait sous l’impact du projectile létal, nous laissant bouche bée… Et c’était alors ça Far Cry, un bac à sable immense avec des possibilités de gameplay sans fin. Je jalousai alors les PCistes de pourvoir s’éclater sur ce jeu qui en plus de combats nerveux proposait des graphismes sublimes et dépaysants à souhait… L’annonce et la sortie en 2006 de Far Cry Instincts Predator sur 360 me firent sauter de joie… Mais pour un court moment car je fût victime de la fameuse rayure circulaire causée par ma 3e Xbox 360… Putain de sa race !!!! J’étais dégoûté et fou de rage… Je ne rachetai pas ce jeu, vexé comme un pou et le laissais pourrir au fond d’un tiroir ad vitam aeternam.

Far Cry 2 quant à lui ne se déroulait pas sur une île paradisiaque mais en Afrique et nous promettait un dépaysement certain au pays des girafes et des éléphants. Une aire de jeu immense, des ennemis à foison, des armes et des pièges à gogo, mais une saloperie de malaria à soigner tous les quarts d’heure, des ennemis qui ressuscitaient comme par magie, des avant-postes rasés de la surface de la terre qui re-popaient par l’opération du Saint-Esprit… Un beau ratage question gameplay et fun… Un titre qui devint très vite pénible, lourd et chiant à souhait.

Et puis pour ne rien arranger, après m’être acharné sur ce deuxième opus pendant des heures ma 4e Xbox 360 freeza en plein gunfight et les sauvegardes furent corrompues… à jamais… La malédiction Far Cry ne me lâchait pas d’un pouce… Je le laissais également pourrir au fond d’un tiroir ad vitam aeternam.

3FC

Autant dire que les seuls bons souvenirs que je gardai pour l’instant de cette licence furent mes parties endiablées sur PC avec mon pote… Puis Far Cry 3 pointa le bout de son nez pour nous emmener à nouveau sur un archipel lointain et luxuriant. Exit les missions bien pourries de Far Cry 2 et bienvenue dans un monde ouvert qui renouait avec les origines de la licence. Un retour aux sources salvateur pour ce troisième opus et une très bonne surprise à la clé pour cette cuvée 2012. Grâce à ce dernier je retrouvais l’excitation du premier Far Cry : pouvoir se bastonner dans un cadre sublime au bout du monde… Vaudou, magie, gunfights, kidnapping, combats contre des tigres, survie face à des requins ou des crocodiles étaient également de la partie pour notre plus grand bonheur…

Dans Far Cry premier du nom nous incarnions un certain Jack Carver, ex-soldat des Forces spéciales américaines. Dans le deuxième épisode, toujours dans la dentelle et la délicatesse, nous dirigions un mercenaire engagé pour éliminer un certain Chacal, responsable de l’enlisement de la guerre opposant deux factions qui se réclamait chacune du contrôle du pays.

PREDATOR

FC2

À l’inverse, dans Far Cry 3, nous prenions le contrôle d’un certain Jason Brody, fils à papa, insouciant, arrogant, buvant plus que de raison et dépensant sans compter… En virée avec ses potes dans une ambiance Spring Break, ces derniers allaient se souvenir de leur séjour pendant très longtemps…

PETITS CONS

DELTA

En effet l’attitude de ces derniers exaspéra un certain Vaas, psychopathe de son état, petit chef de guerre du coin qui ne trouva rien de mieux à faire pour s’occuper que de kidnapper Jason Brody, son frère et certains de ses amis. Après une évasion violente et meurtrière, Jason se retrouva seul au monde, livré à lui-même sur cette île tropicale perdue au milieu de nulle part.

VAAS

Devant lutter pour sa survie et voulant sauver les siens, Jason trouvera de l’aide parmi certains locaux du coin et apprendra bien vite à crafter comme un dingue, à dépecer tous types d’animaux comme un boucher en série et à buter ses ennemis aussi efficacement qu’un Rambo surentraîné. En plus de cette quête personnelle, vous essaierez par la même occasion de renverser la mini dictature en place, imposée par des pirates et mercenaires qui contrôlent les points stratégiques de l’île.

CRAFT

Je garde de très bon souvenirs de ce jeu et je me rappelle avoir été étonné de tout ce qu’il proposait comme missions annexes, lieux à explorer, missions principales, assauts et prises des camps ennemis, escalades de tours, etc… Un jeu à monde ouvert riche, beau, immense, sublime et jouissif comme les équipes d’Ubisoft savent les faire quand elles ont le temps de peaufiner leurs jeux…

FC3_TITLE

Forcement après une expérience comme celle-ci et après avoir fini FC3 non sans avoir subi le plus long générique de fin d’un jeu que j’ai jamais vu, de mémoire plus de 20 minutes sans pouvoir le passer, un quatrième opus était bien sûr fortement désiré et espéré…

——————–

1 2 3
Share.

About Author

Le jeu vidéo, c'est la vie... Mon Twitter: @GMS_Butcher Retrouvez-moi sur Instagram: attends_je_sauvegarde

6 commentaires

  1. J’aime beaucoup cet opus de Far Cry pour ma part ! Le trois était excellent et offrait son lot de scènes et de panoramas grandioses ( le point le plus haut des tours radios étaient tout le temps une merveille pour la rétine, et au niveau des scènes mémorables, si je dis Skrillex vous voyez laquelle je veux dire ? ). Je n’attendais rien de ce quatrième car pour moi il était trop  » tôt  » et c’est pour ça que je l’adore !

    • 🙂

      Entre Assassin Unity et Far Cry 4 je m’éclate comme un petit fou 🙂

      Comme quoi, les bons gros AAA sur lesquels certains aiment tant cracher sans y avoir joué ont parfois du bon 🙂

  2. Je viens de finir ce far cru 4,ayant adoré le 3 au début de ce 4 je le suis éclaté
    Reprendre la chasse la traque,la découverte,l’aventure
    Mais j’ai été très déçus par l’histoire très en dessous de celle de far cry 3
    Tu te sens pas impliqué et le chef manque tellement de charisme,on est loin de Vaas…
    Mais je me suis amusé quand même hein.
    Et comme toi entre assassin far cru et gta5 cette fin d’année est génial 🙂

  3. Je déterre les vieux sujets ! Désolé je suis trop pauvre pour faire les jeux quand ils sortent ou bien suis je trop radin pour les payer plein pot 🙂

    Trêve de plaisanterie, joli rétrospective et 4 Xbox 360 de grillées ? T’es vraiment pas veinard !

    Farcry, premier du nom était juste une tuerie. Je ne suis pas très FPS mais de mémoire de gamer, c’est vraiment un jeu qui m’a marqué et ce à plus d’un titre. D’abord par le dépaysement total, un environnement ouvert et des graphismes qui tuaient sa race !!! Pour comparer, question graphisme c’était un peu le Crysis de l’époque (mais en plus fun !).

    Le 2 était un gachis, une bouse immense, une vraie plaie à jouer ! Aussitôt acheté, aussitôt oublié !

    Le 3, l’ai pas fait !

    Le 4…..je ne partage clairement pas ton enthousiasme. En fait, Farcry 4 est le genre de jeu pour lequel je n’arrive pas à avoir un avis tranché. D’un coté, je trouve le jeu bien complet, je prends plaisir à dégommer du Rhinocéros à la mitrailleuse lourde, à coller une flèche entre les deux yeux d’un milicien, à sauter du haut des falaises avec mon swingsuit. Bref, c’est un peu l’UCPA en mode extrême. Sauf qu’au bout d’une heure et bah ca me fait chier et ce, même malgré la quantité astronomique d’activités.

    Et c’est justement cette profusion d’activités qui tuent le jeu. D’une part, parce qu’elles ne s’inscrivent que timidement dans la progression et le scénario du jeu. D’autre part, parce qu’elles ne sont pas franchement originales et drôles. En fait, j’ai l’impression que tous les jeux Ubi se ressemblent. Les tours de guet des AC sont remplacées par des tours de propagande, on peut chasser tout ce qui se déplace à quatre pattes, on améliore ses skills, son équipement, on peut privilégier l’approche infiltration ou y aller genre gros bourrin.

    Bref, Farcry 4 est le genre de jeu qui me laisse perplexe. Ni trop mauvais pour le descendre et le laisser tomber, ni assez palpitant pour m’impliquer dedans.

Leave A Reply