Jeunes et jeux vidéo : l’INPES dramatise.

2

L’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé qui dépend du Ministère de la Santé et des Sports) vient de lancer une nouvelle campagne d’information, ou plutôt de sensibilisation, à destination des parents inquiets de la consommation de leurs enfants. Consommation de quoi au juste ?

Sans s’encombrer de la moindre pondération dans l’échelle des addictions, l’INPES parle donc de consommation d’alcool, de cannabis, de cocaïne, d’ecstasy, de jeux vidéo et de tabac.

Pas con, le communiqué se protège en précisant que « Ces spots mettent en scène les visions caricaturales et fantasmées induites par des conduites potentiellement addictives, et montrent comment les CJC peuvent être un lieu de retour au dialogue entre l’adolescent et ses parents. ». Bin oui, les jeux vidéo font parti des problèmes de santé publique.

Kich, de dos, va sans doute humilier cette mère de famille qui *fail* l'éducation de son fils non désiré.

Kich, de dos, va sans doute humilier cette mère de famille qui *fail* l’éducation de son fils non désiré.

Le CJC, ce sont les Centres Jeunes Consommateurs. Un endroit ou des mecs comme Kich reçoivent des parents inquiets de la CONSOMMATION de jeux vidéo de leurs enfants. Les consultations sont gratuites et anonymes. Parce que bon, c’est un peu une maladie honteuse LA DROGUE DES JEUX VIDEO.

Cocaïne, jeux vidéo : même combat ?

C’est quand même assez incroyable qu’en 2015, un organisme qui dépend du Ministère de la Santé vient parler d’addiction aux jeux vidéo alors que même l’académie nationale de Médecine préfère parler de pratique excessive. L’INPES, dans sa communication, ne laisse planer aucun doute sur la notion de dépendance et par son action va sans doute rendre anxiogène la relation parents/enfants sur cette question :

« Fils, tu es un drogué aux jeux vidéo, je l’ai vu à la télé ». 

Si le jeu vidéo est une drogue, alors ma passion dévorante pour la collection de pin’s ou de timbres en est une également non ? En tout cas le clip est assez moisi pour que la plupart des gens le prenne pour ce qu’il est. Quoi qu’il en soit, je n’irai pas faire une pétition pour demander sa suppression 😉

Plus d’info sur leur site.

Partager.

A propos de l'auteur

Ours-chat. J'ai inventé le jeu de paume un soir de doute. @gropanda

2 commentaires

  1. J’ai bloqué en voyant ce clip pour la première fois hier.
    Bizarre qu’il le sorte peu de temps après les derniers événements marquants des derniers semaines…
    Je me suis demandé a quel moment ils allés nous ressortir le couplet « violence-GTA-carnage-fusillade-JV » que j’ai déjà entendu fin de semaine dernière au taf…
    Pas cool…

  2. On va d’amalgames en amalgames ces temps-ci… A croire que c’est l’effet 2015 sur les gens.

    Les parents qui autorisent leurs enfants à jouer « normalement », en les accompagnant parfois, en leur expliquant certains aspects de ce qu’ils voient à l’écran (en fonction de leur âge, de leur ressenti, de leur expérience), n’auront pas besoin de ce genre de pub. En gros, les gens qui éduquent leurs gosses.

Laissez une réponse