Battlefield Hardline : le test PC

1

La licence Battlefield se renouvelle en mettant de côté la guerre pour nous proposer un nouveau terrain de jeu : la ville avec ses flics et ses voyous. Pari osé vu l’attachement des joueurs aux 3 derniers épisodes, surtout en laissant ce projet dans les mains non plus de Dice mais de Visceral Games. Il m’aura fallu plusieurs jours et de nombreuses heures de jeu pour pouvoir donner un avis définitif sur ce Battlefield Hardline, ce qui explique donc la sortie tardive de ce test.

Battlefield.Hardline.S01E01.truefrench.HDTV.mkv

Généralement quand j’aborde un Battelfield, je me force à gicler la partie solo “pour dire de”. Ca me permet de découvrir progressivement les environnements, les armes, les nouveautés diverses et variées. Le moins que l’on puisse dire sur cette version, c’est qu’elle est assez chouette. En tout cas bien mieux que Battlefield 3 et 4 par exemple, mais pas autant que les Bad Company.

Vous êtes dans la peau de Nick Mendoza, un flic qui débarque à la criminelle de Miami. Assez rapidement, l’esthétique, le scénario, la mise en scène, les personnages, les dialogues, tout vous donnera l’impression de vivre par procuration une série US. Le fait d’avoir un résumé des cinématiques passées quand on reprend une partie ou un teasing de ce qui nous attend quand on arrête finit d’enfoncer le clou.

Battlefield Hardline

En ‘good cop’ que vous êtes, vous voulez donc faire appliquer la loi, et vous allez vite comprendre que cette notion est à géométrie variable chez vos collègues. Le découpage de l’aventure solo en 11 épisodes vous fera vivre pas mal de rebondissement et ce sera à vous de choisir l’art et la manière de finir les niveaux.

Car vu que vous êtes un flic, vous pouvez arrêter les gens. Ca parait con dit comme ça, mais arrêter un mec, c’est éviter de le tuer, c’est récupérer plus de points. Mais c’est aussi vivre des situations complètement WTF.

Précédemment, dans Hardline…

En une touche vous hurlerez un bon gros “CH’SUIS FLIC” (réf au podcast 80) et si vous prenez votre adversaire par surprise, il se rendra systématiquement. C’est assez marrant de voir parfois des vilains, kalash à la main vous dire benoîtement “ok, ok, on fait rien de mal”. S’en suis une animation automatique où vous lui passez les menottes (vous en avez autant que vous voulez) puis systématiquement, le mec tombe dans les vapes. Pratique ! Un prisonnier silencieux. Comme ça on gagne en furtivité ce qu’on perd en cohérence.

Battlefield Hardline

Mes menottes, sans doute trop serrées, endorment les gardes.

Pour mener à bien votre enquête, vous êtes accompagné presque toujours par la belle Khai. Belle et utile car elle vous aide (c’est assez rare pour être signalé) réellement à liquider vos adversaires en cas de problème.

Par contre, si vous jouez stealth, vous allez revivre des situations complètement incohérente que seul The Last of Us avait pu offrir : elle zigzaguera de planque en planque devant le nez des ennemis. Là encore, le jeu vous sauvera la mise car dans ces situations, Khai reste parfaitement invisible.

Battlefield Hardline

« Bordel mais casse-toi Khai ! »

C’est un gros défaut du solo, l’intelligence artificielle est complètement aux fraises. Vous pouvez arrêter un ennemi à 10 mètres d’un autre en lui hurlant de ne pas bouger et ça passera inaperçu. J’ai pu m’amuser à refaire des niveaux en rushant les arrestations à la suite, c’en était presque ridicule.

Le choix dans la date des armes

Comme dans les anciens épisode, dans Battlefield Hardline vous croiserez dans les niveaux des caisses d’armes vous permettant de switcher armes et accessoires. Les armes se customisent et se débloquent soit en les trouvant sur vos ennemis, soit en débloquant de l’expertise. Arrêter des méchants plutôt que de les tuer vous donne de l’expertise, trouver des indices dans les niveaux également.

Pour cela, vous pourrez compter sur un smartphone très intelligent car capable de scanner votre environnement. Ce gadget vous rappellera sans doute l’appareil photo de Far Cry 3 puisqu’il vous permet de taguer les ennemis, alarmes, objets utiles etc.

Battlefield Hardline

Le scanner permet aussi d’identifier les cibles prioritaires

L’histoire, sans être originale vous donnera des rebondissements sympa dans le monde des ripoux avec un twist final assez fun. Impossible de vous dire précisément combien de temps ça m’a occupé, je dirais 7 ou 8h à la louche mais ce fut globalement une bonne surprise.

Un multi problématique…

Battlefield serait quoi sans le mode multi ? Hardline avait créé la surprise en étant dispo en beta juste après son annonce lors de l’E3 2014. Bilan mitigé pour moi à l’époque, mais balayé par la 2ème beta de cet hiver. Avec la version définitive et mes (presque) 1 000 heures cumulées sur les différents épisodes de la franchise, j’y allais hyper confiant, prêt à poser mes balls sur la table et mettre une correction à tout le monde…

Bon, j’ai du revoir mes prétentions à la baisse en quelques parties, harcelé de toute part que j’étais par des joueurs déjà hyper stuffés, un netcode à la ramasse, un feeling sur les armes très, très, très différent des autres Battlefield. C’est bizarrement là que m’est revenu le fait que ce jeu n’était pas l’oeuvre de Dice mais de Visceral Games et que ce “petit” détail faisait sans doute beaucoup dans cette impression générale de ne pas être à la maison.

Battlefield Hardfail

Car ma dose de frustration dégagée par ce jeu est vraiment énorme. En 6 ans de Battlefield je n’ai jamais perdu autant de face à face. En moyenne 8 ‘duels’ sur 10 se sont soldés par ma mort dans des bulles de sang (et de chiasse). Je me suis même fait penser à Zbi, c’est dire. Le douloureux constat d’avoir besoin d’un chargeur entier pour tuer des ennemis qui eux, à contrario, vous liquident d’une balle molle dans la cuisse. Merci le netcode.

La progression dans le déblocage et l’achat des armes est punitive sur vos premières parties, obligé que vous serez de faire vos classes tant bien que mal pour avoir le droit ET les moyens de vous acheter autre chose que cet arrosoir de balles en mousse qui amusera vos amis mais surtout vos ennemis.

Battlefield Hardline

Tout se paye dans hardline, même les optiques de flingues :/

Plus que jamais dans un Battlefield, l’intérêt du jeu repose sur une vraie entente dans votre squad et un vrai teamplay. Les classes et accessoires peuvent créer une vraie différence dans la réussite de votre partie si vous les gérez intelligemment : une tyrolienne pour vous échapper, une petite lacrymo pour éparpiller une menace, quelques mines de proximité pour couvrir vos arrières, un peu de C4 pour saboter les véhicules etc.

Sexy sur le papier mais terriblement vexant quand vous le subissez. Le genre d’actions qui plient une partie en 5 minutes. Perte sèche de crédibilité. Balais. Rideau. 

“Des défibrillateurs sont à votre disposition dans les wagons bar”

Milieu urbain oblige, certaines armes de guerre sont absentes dans les différentes classes. Exit les lances roquettes ou stingers, ils sont maintenant posés sur la map (comme Battlefield 4). Dans le même esprit, si vous ne jouez pas médecin vous pourrez compter sur des défibrillateurs et pharmacies sur certains murs ainsi que des armoires à munitions.

Et si ça ne suffit pas, vous avez maintenant la possibilité de vous servir sur vos potes medic ou soutient plutôt que de les harceler pour qu’ils s’occupent de vous.

Battlefield Hardline

A quoi on joue ?

Les modes de jeux sont adaptés à l’univers, outre les classiques Death Match et Conquest, on peut évoquer les nouveaux modes qui sont assez funs à jouer comme le braquage, le mode Contrat qui fait s’affronter deux équipes de 5 personnes avec un VIP dans chaque équipe ou encore le mode poursuite infernale…

Battlefield Hardline

Je sens que je vais claquer avant d’atteindre cette camionnette 🙁

J’ai passé par mal de temps sur ce mode qui vous demande de piquer des voitures, et de rouler à fond sans vous arrêter, la vitesse étant le paramètre qui vous rapportera les points. Les véhicules n’étant pas blindés, les retournements de situations sont fréquents et les virées, musique à fond la caisse et potes aux fenêtres pour semer le trouble sont assez grisants.

Mais bon… Sur PC on reste assez peu nombreux à s’affronter, le matchmaking s’en ressent énormément et je pense que ce n’est pas les dernières updates de Battelfield 4 qui vont arranger les choses.

Battlefield Hardline (PC)

6.0 Bof bof...

Quel étrange sensation que ce Battlefield Hardline. Un solo pas mal, un multi décevant. Une envie régulière de faire quelque partie qui se terminent généralement par un rage quit, suivi d’un “je jouerai plus jamais à ce jeu de merde”. Et pourtant le lendemain on y retourne.

Esthétiquement moins bon que Battlefield 4, des problèmes flagrants de netcode, un matchmaking perrave sur PC, à ce jour rien ne me donne envie de poursuivre l’aventure multi.

Ca ressemble à Battefield, ça à l’odeur de Battlefield, ça sonne comme un Battlefield, mais pour moi c’est clair : ce n’est pas Battlefield.

(Testé sur un i7 4790K / GeForce GTX 770).

  • Note globale 6
  • User Ratings (1 Votes) 5
Share.

About Author

Avatar

Ours-chat. J'ai inventé le jeu de paume un soir de doute. @gropanda

Un commentaire

  1. Avatar

    J’suis flic !!

    Je sais pas pourquoi mais ce BF ne me branche pas du tout. Alors qu’il y a de nombreuses nouveauté, je fait un peut mon vieux con: « les BF c’est la guerre, c’est les militaires américains qui apporte la démocratie aux peuples opprimé !! Merde quoi !! ». Du coup ton test aussi bien écrit que orale me confirme dans mon idée.

    Mais j’avoue que le Battlefront qui devrait faire office du BF syndical de fin d’année me fait gentillement de l’œil.

Leave A Reply