No Man’s Sky: On fait le point

6

Soirée des VGX 2013. Entre 2 annonces de jeux Telltale et les silences gênants causés par un Joel McHale inarrêtable (non, sérieux, cette soirée était vraiment … étrange), No Man’s Sky arrive à créer la surprise et l’engouement en l’espace d’une petite vidéo. On fait le point sur ce projet prometteur, mais aussi très (trop?) mystérieux.

Note: Période de l’E3 oblige, il est fort probable que le jeu se révèle un peu plus durant la semaine. Je mettrais à jour cet article si de nouvelles informations importantes et/ou intéressantes sont dévoilées.

2 minutes de décors merveilleux et de promesses complètement folles. Imaginez une galaxie composée de milliers et milliers et planètes, chacune unique et inexplorée. Une galaxie dans laquelle vous pouvez voyager librement à bord de votre propre vaisseau spatial. Vous poser sur la planète que vous voulez, et l’explorer comme vous voulez. La sonder dans ses moindres détails pour y récupérer toutes sortes de matériaux, afin d’améliorer votre arme (un « Multi-tool » qui servira à tout, autant à l’exploration qu’au combat), votre combinaison (afin de respirer plus longtemps sous l’eau, être plus résistant, etc), votre vaisseau, et explorer cette galaxie toujours plus en profondeur. Bon, oui, dit comme ça on dirait un peu Starbound. Sauf que là, on quitte le pixel-art et la vue de côté pour une vue subjective dans un environnement en 3D particulièrement immersif. Comme précisé au début du trailer, tout dans No Man’s Sky est procédural. Les planètes, leur typographie, leur faune, leur flore, tout est généré aléatoirement, en respectant les règles créées par les développeurs de chez Hello Games. Comme s’amuse à dire Sean Murray, Managing Director du studio : « nous-même ne savons même pas tout ce que vous allez pouvoir découvrir ». Ajoutons à cela le fait que tous les joueurs de No Man’s Sky joueront dans le même univers, chacun laissant sa trace sur les planètes qu’il visite. Par exemple, si DarkSasukeGamerxXx666 découvre en premier la planète SigmaChorizo84, tous les joueurs qui débarqueront sur cette planète découvriront avec désarroi que cette magnifique planète peuplée de PUTAINS DE DINOSAURES DE L’ESPACE a été découverte par un kikoo trop dark qui doit certainement se mettre du rimmel noir autour des yeux pour sacrifier son rat de compagnie en écoutant les douces mélodies de Marylin Manson. Mais je ne suis pas là pour juger.

Le jeu a une sacré gueule, avec ses couleurs chatoyantes et ses paysages enchanteurs.

Le jeu a une sacré gueule, avec ses couleurs chatoyantes et ses paysages enchanteurs.

Cependant, les détails de cette galaxie partagée restent plutôt flous. Lors d’une interview, Sean Murray a laissé filtrer quelques informations : si un joueur coupe un arbre ou ramasse des ressources sur une planète, les autres joueurs qui iront sur cette même planète retrouveront l’arbre entier et les ressources. En revanche, si les actes du joueur ont un gros impact sur la planète, ceux-ci resteront gravés et leur impact sera présent aussi pour les autres joueurs. Pas plus de détails malheureusement sur ces « impacts ». Et c’est malheureusement l’un des plus gros reproches qui a été fait à No Man’s Sky, une fois l’excitation générale calmée : le manque de détails. Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire dans No Man’s Sky ? Ok, toute une galaxie avec plein de planètes procédurales, c’est sympa. Mais bon, dans un jeu, il faut plus que des décors, il faut aussi un gameplay. En quoi celui-ci va-t-il consister, concrètement ? Quelles activités vont nous pousser à continuer à jouer à No Man’s Sky, une fois passé l’émerveillement de la découverte ? Il faut dire que Sean Murray n’aura pas été très rassurant lors de ses premières interviews. « Vous vous baladez et décidez comment vous amuser ». Bon, soit, je n’ai rien contre cette idée. Ce n’est pas parce que le jeu ne comporte pas de quêtes qu’on ne pourra pas s’y amuser. Sauf que le contenu présenté semblait assez classique et redondant. Outre l’aspect collecte de ressources, que l’on a pu voir à l’oeuvre lors de cet E3 No Man’s Sky promet aussi la possibilité de s’adonner à des échanges commerciaux dans des stations spatiales, se battre contre les animaux au sol, attaquer des convois dans l’espace ou au contraire protéger ces mêmes convois des pirates. Suffisamment d’activités pour s’occuper pendant une petite dizaine d’heure, mais pas forcément de quoi en faire la Grande Aventure Spatiale dont on rêve tous. Au bout de la cinquante troisième planète rouge avec des arbres violets et des animaux bleus, sera-t-on toujours autant sous le charme ?

No Man’s Sky promet d’offrir des environnements variés et dépaysants entre chaque planète.

No Man’s Sky promet d’offrir des environnements variés et dépaysants entre chaque planète.

Le fait aussi que tous les joueurs soient dans la même galaxie pouvait nous laisser imaginer explorer l’espace avec ses amis, combattre ensemble, etc. Chose que laissait penser le trailer de l’E3 2014, qui offrait une scène de bataille spatiale où le joueur était entouré d’autres vaisseaux alliés. Mais ces espoirs ont vite été éteints lorsque Sean Murray a affirmé que ces alliés étaient en fait des IA recrutées par le joueur. Le but de No Man’s Sky n’est pas de rassembler les joueurs, au contraire. Le jeu dispersera tout le monde tout autour de la galaxie. D’ailleurs, il semblerait que le centre de celle-ci représente un intérêt particulier, Sean Murray ne cessant d’affirmer dans chaque interview que « pour beaucoup de joueurs, le but sera de faire le voyage jusqu’au centre de la galaxie ». Que cache-t-il ? « Lorsque vous l’atteignez, il se passe quelque chose… qui valait le coup de mener ce voyage… », nous promet Sean Murray.

En tout cas, sachez malgré tout que les petits gars de Hello Games ont bossé sur un lore et un background pour leur galaxie, et que ce sera au joueur de mettre toutes les pièces du puzzle en place. Le centre de la galxie doit certainement représenter une pièce majeure de ce puzzle. D’ailleurs, on sait désormais que l’univers de No Man’s Sky comporte une forme d’antagonistes, qui donneront lieu à de nombreux combats. On les aura vu lors de la conférence Sony de cet E3 sous forme de milice robotique, protégeant la faune locale. On a également appris dans un récent entretien que Hello Games a des plans pour le multi-joueurs, après la sortie du jeu, même si les détails sont restés cachés dans la belle barbe de Sean Murray. « Il y a ce truc dont je ne vais pas parler pour l’instant, un projet pour l’aspect multi-joueurs, pour que les gens aient une expérience multi plus traditionnelle. Mais c’est quelque chose dont nous nous occuperons plus tard, ce n’est pas le coeur du jeu pour l’instant». Pas à la sortie donc, mais affaire à suivre lors des mises à jour du jeu. En effet, No Man’s Sky continuera d’évoluer, selon les paroles même de Sean Murray : « C’est un jeu que nous allons créer pendant un sacré bout de temps, même après sa sortie ». Plus de contenus, de variations de gameplay, afin de prolonger l’expérience, de la rendre toujours plus intéressante, vaste et variée ? Espérons.

Si les promesses de No Man’s Sky ont de quoi faire rêver, le jeu en lui-même reste trop mystérieux et vague pour qu’on s’enflamme vraiment. J’en attends beaucoup, mais une pointe d’inquiétude reste présente quant à la capacité du jeu à nous tenir en haleine des heures durant. Peut-être que la magie de la découverte et du voyage suffiront (c’est tout ce que je demande), mais j’attends quand même que le gameplay du jeu lui-même constitue aussi un élément majeur du succès du jeu. Et c’est sur ce point que l’inquiétude règne. Mais inutile d’être pressé, No Man’s Sky est encore loin d’être finalisé, et même après sa sortie il continuera d’être alimenté. Laissons le temps à Hello Games de peaufiner leur bébé, ils y travaillent avec amour et passion et nous, joueurs, n’avons qu’une seule envie : parcourir le jeu avec le même amour et la même passion.
Share.

About Author

Dehell

Si j'étais un animal, je serais une chouquette. ID Steam : Daminou Dehell / Twitter : @DaminouDehell

6 commentaires

  1. Avatar

    Je sais que je ne vais pas l’acheter dès sa sortie, en attendant les premiers retours, mais je suis quasiment sûr de l’acheter rien que pour explorer en piochant un système stellaire au hasard. Mais le côté combat spatial ne m’intéresse pas, pas en PvP en tout cas.

    • Dehell

      Pareil, je vais me laisser tenter par la promesse du jeu, mais je doute y passer plusieurs dizaines d’heures :/ En tout cas pour l’instant. Pour le combat spatial, c’est clairement pas l’objectif du titre (en tout cas en PvP). Et tant mieux parce que ça a l’air assez mou quand même 🙁

  2. Avatar

    Le jeu est joli mais c’est un m&m’s. Un joli emballage avec une cacahuète à l’intérieur.
    Le son ne se propage pas dans l’espace donc au moins, on ne vous entendra pas vous emmerder.

  3. Avatar

    Complètement d’accord avec toi. Le côté exploration m’attire énormément, mais, paradoxalement, j’ai peur d’un côté vide et lassant. En tout cas, ça ne laisse pas indifférent !

Reply To Youss Cancel Reply